Bœuf des Black Hills: stocker une source de nourriture pour l’hiver


SPEARFISH, S.D. (AP) – Alors que ses vaches grignotent joyeusement le feuillage abondant de la forêt nationale des Black Hills, l’éleveur local Aaron Thompson travaille d’arrache-pied pour que son bovin ait beaucoup à manger cet hiver.

«Nous pouvons compter sur la nature pour nourrir (les vaches) jusqu’à la fin du printemps, au début de l’automne, en été», a déclaré Thompson. « Le reste du temps, c’est à nous de trouver comment les nourrir. »

Thompson a expliqué que dans les ranchs de plus grande superficie, l’espace de culture peut être géré pour que les animaux paissent tout au long de l’année. Ici, dans les Black Hills, où l’espace est limité, les éleveurs dépendent de l’irrigation pour aider à augmenter le rendement de chaque acre d’espace de culture.

«Comme vous le savez… ce n’est pas toujours la saison de croissance ici. Le but de la fenaison est de stocker de la nourriture pour les périodes de pause de la saison de croissance », a-t-il déclaré au Black Hills Pioneer.

Thompson dirige une exploitation d’élevage sur la même terre que sa famille travaille depuis 1888.

Pour répondre aux besoins nutritionnels de ses vaches pendant les mois d’hiver, Thompson cultive une culture rotative d’herbe et de luzerne pour intégrer le bon mélange de protéines et d’énergie à leur alimentation.

«Les besoins métaboliques d’une vache changent beaucoup en fonction de la température, du degré de protection dont elle dispose, de la capacité de se protéger du vent, du stade de gestation auquel elle se trouve… tout cela a un effet sur ce dont une vache a besoin», a-t-il déclaré.

Thompson utilise son système d’irrigation pour faire pousser une solide récolte de fourrage pour ses vaches. Chaque année, il cherche à prendre deux ou trois boutures de foin à entreposer pour l’hiver. Thompson doit être précis dans son timing pour chaque coupe de foin afin de maximiser la valeur nutritionnelle de chaque balle.

«Si vous laissez votre foin aller beaucoup trop longtemps lors de la première coupe, la teneur en lignine augmente et votre digestibilité (diminue). Vous n’obtenez pas tout ce que vous pourriez en tirer », a-t-il déclaré.

Thompson a déclaré que plus il attendait pour couper son foin, plus il obtiendrait de tonnage, mais cela pourrait être beaucoup moins nutritif.

« C’est donc un peu contre-intuitif, vous ne voulez pas le laisser aller à son tonnage maximum, vous voulez en quelque sorte trouver un équilibre entre la quantité de bien que vous en retirez et le tonnage réel, » il a dit.

Une fois que le foin est coupé, il est trié en rangées et laissé à sécher, mais même que Thompson doit être vigilant; si le foin est trop sec, non seulement les nutriments seront perdus, mais les balles ne s’emballeront pas bien. Trop humide, le foin moisira et deviendra complètement inutilisable.

«Vous devez le laisser sécher et l’amener à une teneur en humidité suffisamment basse pour ne pas moisir, mais vous avez toujours assez d’humidité pour aller dans la balle au lieu de simplement couler sur le sol», at-il m’a dit. «L’idée est que lorsque vous attrapez une grosse liasse de foin et que vous la tordez, les tiges se fissurent… mais les feuilles sont dures, elles ressemblent à une sorte de pute humide.»

Pour ajouter une mesure d’urgence, Thompson a déclaré que tout foin coupé et ensuite plu, non seulement lessivage des nutriments, mais doit être laissé sécher encore plus longtemps, ce qui retarde la croissance pour la prochaine coupe.

Pour couper l’herbe pour le foin, Thompson et d’autres éleveurs utilisent un andaineur, ils conduisent ensuite à travers le pâturage une deuxième fois en ratissant ou en tournant le foin. Cela lui permet de sécher. Enfin, un troisième passage est effectué, cette fois avec une presse à balles, Thompson met son foin en balles de grosses balles rondes pesant environ 1 200 à 1 600 livres chacune.

Enfin, les balles sont transportées vers une aire de stockage où elles resteront pendant le long hiver lorsqu’elles seront nourries au bétail.

«Pendant tout le temps que vous bousillez, vous continuez à courir sur le foin qui vient, donc il y a une forte impulsion pour le couper, le mettre en balles, hors du champ aussi vite que possible», a-t-il déclaré.

Thompson a déclaré que son troupeau pouvait manger près de 5400 livres de foin par jour, alors pour garder ses vaches heureuses et en bonne santé tout au long des rudes mois d’hiver des Black Hills, il produit au moins 500 tonnes de foin chaque saison.

«C’est ce que j’aime voir dans la meule de foin à la fin de l’été», dit-il. «Que vous compreniez cela ou non, c’est toujours une question amusante.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *