Centenaire Latrobe surpris avec un défilé d’anniversaire


Il y a 55 minutes

Audrey Spangler a trouvé plusieurs surprises d’anniversaire l’attendant lundi soir quand elle est sortie de son appartement à Laurel Highlands Village, une communauté de personnes âgées indépendante à Latrobe.

La famille et les amis se préparent à célébrer le 100e anniversaire du natif de Philadelphie en grand, malgré les restrictions liées à la pandémie sur les activités sociales. Spangler a pris place le long de la rue Weldon alors que la police locale et les pompiers passaient pour la saluer, suivis par des sympathisants dans des voitures privées – pour un défilé de 28 véhicules.

«Je n’avais aucune idée que quelque chose de ce genre allait arriver», a-t-elle dit, même après que le personnel de l’établissement National Church Residences ait décoré sa porte et servi des petits gâteaux offerts par le supermarché Giant Eagle local.

«C’est vraiment agréable de l’avoir ici avec tous ses amis», a déclaré son fils Kevin, 66 ans, de Derry Township.

« Nous sommes vraiment chanceux de l’avoir eue tout ce temps », a déclaré sa fille Garnet Snyder, 73 ans, de Hempfield. «Elle a été seule pendant longtemps et a dû subvenir à nos besoins. Elle nous a donné une bonne éthique et une bonne morale.

Audrey Spangler, qui a grandi dans la section Cooperstown du canton de Derry, a une longue expérience de service à l’extérieur de la maison. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que son mari, William, servait dans la marine, elle a travaillé à Kennametal et s’est portée volontaire comme aide-infirmière.

Après la mort de son mari en 1960, elle a élevé ses deux enfants tout en occupant divers emplois: à la cafétéria du district scolaire de Derry; à l’ancien restaurant Capital Grill à Latrobe; lors de fêtes à domicile, où elle vendait une ligne de vêtements; et à l’usine Youngwood Westinghouse, dont elle a finalement pris sa retraite.

La seule chose que Spangler changerait, c’est qu’elle aurait suivi une formation pendant la Seconde Guerre mondiale pour devenir infirmière.

Elle a décidé de ne pas le faire, a-t-elle déclaré, car «je pensais que mon mari serait à la maison». Mais, au moment où il a terminé son service, a-t-elle noté, «si j’avais suivi une formation, je n’aurais eu que trois mois et j’aurais été infirmière à part entière».

Pourtant, elle a traversé les décennies en regardant les verres à moitié pleins au lieu de moitié vides.

« Pourquoi s’inquiéter? » dit-elle. «Neuf fois sur 10, les choses qui vous préoccupent ne se produisent pas. Et s’ils le font, vous ne pouvez rien y faire. »

En plus de ses enfants, ceux qui aidaient Spangler à célébrer sa journée spéciale à Latrobe comprenaient plusieurs de ses quatre petits-enfants et cinq arrière-petits-enfants, ainsi que le «copain d’anniversaire» Lou DaRold d’Irwin, qui exploite un salon de coiffure Latrobe.

DaRold est né à la même date que Spangler, le 17 août, bien que quatre décennies plus tard. Les deux se sont rencontrés il y a quelques années alors que chacun profitait d’un dîner d’anniversaire au restaurant Latrobe’s Racer. Depuis lors, il lui propose l’un de ses plats préférés au restaurant, une salade de poulet aux fraises et aux noix, bien qu’elle lui ait été livrée cette année.

« Je lui dis: » Si j’avais seulement 40 ans de plus « , taquina DaRold.

Spangler a également dégusté des cupcakes aux fraises, un gâteau aux carottes et une boîte remplie de cartes d’anniversaire.

Bien qu’elle ait abandonné le crochet, Spangler aime lire, regarder la télévision et se promener quotidiennement en ville avec sa marchette.

Le meilleur cadeau, dit-elle: «Avoir une famille plus ou moins saine et prospère. J’ai tellement de chance que tout le monde soit sur un pied d’égalité. »

Jeff Himler est un rédacteur de Tribune-Review. Vous pouvez contacter Jeff au 724-836-6622, jhimler@triblive.com ou via Twitter .

Catégories:
Local | Westmoreland



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *