Des robots de tonte développés pour se débarrasser des pesticides


Old Clint Brauer avait une ferme, comme le dit la chanson, et sur cette ferme et ses 5500 pieds carrés de serres de culture de légumes, il y avait une flotte de 10 mains de ferme de robot … avec un (insérer le son R2-D2) ici, et un (insérer le son BB-8) ici, ici un… d’accord, vous comprenez.

Le fait est que nous ne nous occupons plus de la ferme d’Old McDonald, les amis.

Brauer est propriétaire non seulement de la ferme familiale en activité, mais aussi du cofondateur de Greenfield Robotics, qui accueille les gens dans son Site Web du 21e siècle avec ce qui suit: «Une alimentation saine, une planète saine / une agriculture régénérative. Sans produits chimiques. Carbone capturé. « 

Pour aider à atteindre ces objectifs respectueux du sol et de la planète à grande échelle, la société a mis en place la ferme familiale de Brauer comme base de recherche et développement, tout en utilisant et en développant une équipe de 10 travailleurs agricoles robotisés, alimentés par batterie, de 140 livres. Si tout se déroule selon le plan Big Thinking de l’entreprise, ces petits herbicides pourraient aider à transformer les pesticides en une chose du passé.

Les mauvaises herbes et l’agriculture ne se mélangent tout simplement pas. Pour lutter contre le problème d’une manière sûre pour la planète, Brauer a d’abord été attiré par l’idée de l’agriculture sans labour, une pratique qui gagne actuellement en popularité et qui évite de perturber le sol pour tuer les mauvaises herbes en renonçant à des pratiques comme le labour et la culture. Mais le semis direct a un prix, une plus grande dépendance aux pesticides. Bien que la santé des sols puisse être améliorée, le compromis entre l’utilisation de produits chimiques est tout simplement mauvais.

Après une bataille particulièrement difficile avec l’amarante, Brauer a découvert qu’il pouvait lutter contre la mauvaise herbe ennuyeuse avec une tonte constante. Et qui ferait une bonne tondeuse constante, suffisamment petite pour tenir entre les rangées et suffisamment légère pour travailler dans des champs boueux? Un robot!

Il a donc appelé son ami Steven Gentner, fondateur de la société de logiciels de vision industrielle, RoboRealm. « Ses mots exacts, » Je reçois tout le temps des idées stupides qui ne fonctionneront pas pendant longtemps. Celui-ci est faisable », explique Brauer OneZero.

Alors ils se sont mis au travail. La première version était juste une tondeuse télécommandée avec laquelle vous deviez marcher. La deuxième version a ajouté la vision industrielle, ce qui signifiait que l’opérateur n’avait pas à être sur le terrain avec le bot. Maintenant, selon OneZero, ils ont « ajouté le dernier composant » entièrement automatique avec informatique embarquée « combiné à une surveillance informatique hors du terrain ».

Désormais, chaque «bot de désherbage à feuilles larges» peut détecter la profondeur et utiliser la vision industrielle pour «voir» les rangées plantées au loin, pour parcourir le champ et s’assurer qu’il coupe là où il est censé se trouver. Certes, un opérateur doit toujours garder un œil sur les pièges imprévus, tels que les trous de gopher béants, mais bon, au moins cette personne n’a pas à être dans un champ chaud, tirant les mauvaises herbes toute la journée.

Genter dit que la robotique est en plein essor dans l’industrie agricole en ce moment. Avec Greenfield dans la troisième année de son entreprise, plusieurs fermes se sont inscrites pour des essais sur le terrain «beta test» cette saison de croissance. Et ils maintiennent les prix égaux ou inférieurs à ce que ces fermes payaient auparavant pour la lutte contre les mauvaises herbes. Et ils n’ont pas encore fini, la société recherchant un financement de 8 millions de dollars cet automne, un modèle de robot de deuxième génération au stade de la conception et une industrie dépendante des pesticides qui reste encore à révolutionner.

(via OneZero)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *