Die « starke Schwarze Frau » – ein Mythos und seine fatalen Konsequenzen

Die “starke Schwarze Frau”: Ein Mythos 

Scroll down for the English version of « Schwarz mit großem S » by Kemi Fatoba

Ich weiß nicht mehr, wann mich zum ersten Mal jemand als “starke Schwarze Frau” bezeichnete, aber ich war definitiv noch sehr jung, vielleicht sogar ein Teenager. Wahrscheinlich fasste ich es als Kompliment auf, denn wer will in dem Alter schon als schwach gelten? Für eine lange Zeit waren die Schwarzen Frauen, die ich aus dem US-Fernsehen kannte, meine einzigen Identifikationsfiguren. Wie problematisch die filmische Darstellung dieser Frauen – insbesondere von Frauen mit dunklen Hauttönen – war, wurde mir erst viele Jahre später bewusst. An den Mythos der starken Schwarzen Frau zu glauben, machte meinen Alltag auch ein bisschen einfacher, denn das Abblocken von negativen Emotionen kann Menschen, die Diskriminierungserfahrungen machen, tatsächlich dabei helfen, besser mit Stresssituationen umzugehen – aber was passiert, wenn die Stresssituation nie endet?

Die “starke Schwarze Frau”: Klischee und Projektion ohne Raum für Schwäche

Wenn mir heute jemand das “Kompliment” macht, eine starke Schwarze Frau zu sein, antworte ich oft nur mit einem müden Augenrollen. Einerseits, weil es ein altes, abgenutztes Klischee ist und andererseits, weil mich diese Leute oft gar nicht kennen. Würden sie mich kennen, wüssten sie, dass ich es oft morgens kaum aus dem Bett schaffe, mehrere Mini-Meltdowns pro Tag habe und ein falsches (oder richtiges Wort) meiner Therapeutin einen Heulanfall auslöst. Besonders seit Corona bin ich alles andere als stark, sondern das Gegenteil. Es gibt natürlich auch Phasen, in denen ich keine andere Wahl habe, als stark zu sein – so wie letzten Sommer. Während unsere Lebensrealität im Zuge von #BlackLivesMatter für ein paar Monate auch außerhalb der Community auf Interesse stieß, hatten wir nicht den Luxus, uns mit dem Thema nur einen Sommer lang zu befassen. In diesen Momenten habe ich mich oft gefragt, woher meine Freundinnen, insbesondere Aktivistinnen, ihre Kraft nehmen. Die Wahrheit ist, dass viele Schwarze Frauen es nicht anders kennen, als mit leeren Akkus, wenigen Ressourcen und einem Minimum an Wertschätzung zu versuchen, etwas zu verändern, während andere von ihrer Arbeit profitieren. Man muss nur einen Blick auf die USA und Frauen wie Stacy Abrams werfen, die in Georgia jahrelang gegen WählerInnen-Unterdrückung gekämpft hat und damit das Ergebnis der Präsidentschaftswahl maßgeblich beeinflusst hat.

Während unsere Lebensrealität im Zuge von #BlackLivesMatter für ein paar Monate auch außerhalb der Community auf Interesse stieß, hatten wir nicht den Luxus, uns mit dem Thema nur einen Sommer lang zu befassen.

Der Mythos der starken Schwarzen Frau lässt per Definition keinen Raum für Schwäche zu – und sehr viel Raum für Projektionen. Deswegen begleiten uns Klischees und Stereotype auch in allen Lebensbereichen. In den USA und im UK werden Schwarze Menschen und People of Color im Gesundheitssystem schlechter behandelt, Mütter sterben häufiger bei der Geburt und junge Mädchen müssen aufgrund des Adultification Bias schneller lernen, erwachsen zu werden. Obwohl in Deutschland die Daten fehlen, wie Schwarze Menschen und People of Color im Gesundheitssystem behandelt werden, sprechen die Erfahrungen vieler Freunde und Freundinnen dafür, dass es das Problem auch hier gibt: Wir werden durch die Bank für stärker, schmerzresistenter und gesünder gehalten, als wir sind. Als ich, kurz vor einer Operation, mit einer Freundin darauf wartete, in den Operationssaal gebracht zu werden, versuchte sie mich zu beruhigen und sagte: “Mach dir keine Sorgen. Du hast starke Gene, weil du Schwarz bist”. Dass diese Worte ausgerechnet von einer Woman of Color kamen, die selbst unzählige negative Erfahrungen mit ÄrztInnen machte, weil ihre Beschwerden nicht ernst genommen wurden, machte mir große Sorgen, denn es zeigt, wie tiefsitzend das Problem ist. Wenn sie schon dachte, dass meine Gene mich irgendwie stärker machen, wie würden mich dann die ÄrztInnen und KrankenpflegerInnen behandeln? Jede Person of Color kennt Horrorgeschichten darüber, wenn sich ÄrztInnen über nicht-weiße Menschen lustig machen, indem sie “Morbus Mediterraneus” diagnostizieren oder ihre Schmerzen verharmlosen und durch diese Vorurteile die Gesundheit ihrer PatientInnen gefährden.

Wir brauchen Vorbilder, die wir nicht nur für ihre Stärke, sondern für die volle Bandbreite ihrer Emotionen kennen – und schätzen

Als Michelle Obama in ihrem Podcast darüber sprach, unter einer leichten Depression zu leiden, tat es gut, ausgerechnet von ihr diese Worte zu hören, denn während ihrer Zeit als First Lady war sie die Verkörperung der starken Schwarzen Frau. Acht Jahre lang wiederholte sie ihr Mantra “When they go low, we go high”, wenn Medien und Politiker sich abfällig über sie äußerten. Mal waren es ihre Arme, dann ihr Gewicht, dann ihre Abneigung gegen Desserts, ihr Blick, ihre Augenbrauen, ihre Frisur, ihr Feminismus, ihr fehlender Patriotismus, ihr Kleidungsstil usw. Sie wurde als “auffallend unfreundlich”, stillos und Schlimmeres bezeichnet. Michelle Obama hatte nicht den Luxus, sich öffentlich verletzbar zu zeigen und ihren KritikerInnen eine weitere Angriffsfläche zu bieten. Sie hatte nicht den Luxus, viele Dinge zu tun und es ist sicher kein Zufall, dass sie erst nach ihrem Auszug aus dem Weißen Haus begann, ihre Haare in der Öffentlichkeit natürlich zu tragen. Wenn Menschen wie sie über die Wichtigkeit von Selfcare sprechen und was dieses apokalyptische Jahr mit ihrer Psyche gemacht hat, ist das bedeutsam, denn wir brauchen Vorbilder, die wir nicht nur für ihre Stärke, sondern für die volle Bandbreite ihrer Emotionen kennen – und schätzen. Es war keine Überraschung, dass selbst eine Frau, die dafür bekannt ist, 24/7 über den Dingen zu stehen, irgendwann müde und deprimiert ist, aber es war dennoch wichtig zu hören.

Was, wenn wir nicht schon als junge Menschen lernen müssten, besonders stark zu sein, weil wir uns daran gewöhnen müssen, ein Leben lang in Schubladen gesteckt zu werden?

Toni Morrison formulierte so treffend, dass Rassismus eine Ablenkung ist, die uns davon abhält, unsere Arbeit zu tun, weil wir stattdessen unsere Zeit damit verschwenden, ständig unsere Menschlichkeit unter Beweis zu stellen. Ich frage mich oft, was wäre, wenn Rassismus, Sexismus und andere Ismen nicht unsere Zeit verschwenden würden. Was, wenn wir nicht schon als junge Menschen lernen müssten, besonders stark zu sein, weil wir uns daran gewöhnen müssen, ein Leben lang in Schubladen gesteckt zu werden, die absolut gar nichts mit uns zu tun haben? Oder wenn gewisse Türen für uns nicht verschlossen blieben, weil es Leute gibt, die von Kopf bis Fuß nichts an uns gut finden? Was, wenn Schwarze Frauen nicht ständig stark sein müssten, sondern einfach nur sein könnten?

English version: The myth of the strong Black woman

I can’t remember when someone first referred to me as a « strong Black woman », but I was very young, maybe even a teenager. I probably took it as a compliment, because who wants to be considered weak at that age? For a long time, the Black women I knew from American TV shows were my only identification figures, and it took many years until I realised how problematic the portrayal of women with darker skin tones was. Back then, believing in the myth of the strong Black woman worked for me because it made everyday life less exhausting. For people who experience discrimination, blocking negative emotions can make it easier to deal with stressful situations – but what if these stressful situations never end?

Today, when someone compliments me for being a strong Black woman, I often respond with a tired eye-roll. Mainly because the cliché is old and tired, but also because these people rarely even know me. If they did, they would know that there are times when I struggle to get out of bed in the morning, have several mini-meltdowns a day, and one wrong (or right word) from my therapist makes me burst out in tears. Especially since Corona, I’ve been everything but strong. There are, of course, also phases when I have no choice but to be strong – like last summer, for example. While there was a sudden, temporary interest in Black lives in Germany, we didn’t have the luxury of dipping in and out of the « racism debate » for just one summer. In those moments, I often asked myself where my friends, especially my activist friends, took their strength from. The truth is that for many Black women being low on energy, having few resources, and receiving a minimum of appreciation while others benefit from their work is the default mode. Stacy Abrams is one of these women. She fought against voter suppression in Georgia for years and had a decisive influence on the result of the American presidential election, but is hardly mentioned in the news.

While there was a sudden, temporary interest in Black lives in Germany, we didn’t have the luxury of dipping in and out of the « racism debate » for just one summer.

The myth of the strong Black woman is incredibly problematic because, by definition, it leaves no room for weakness – and a lot of space for projections. That’s why clichés and stereotypes follow us in all areas of our lives. In the US and UK, Black people and people of color are consistently treated worse by healthcare providers, mothers are more likely to die during childbirth, and young girls have to grow up faster due to the adultification bias. Although there is no data for Germany, the experiences of friends suggest that the problems here are similar: across the board, we are considered stronger, more pain-resistant, and healthier than we are. Once, when I waited to be taken to the operating room, a friend tried to calm me down by saying: « Don’t worry. You have strong genes because you are Black ». The fact that these words came from a woman of color, of all people, was deeply worrying. The fact that she herself had countless negative experiences with doctors who didn’t believe her made it even worse because it showed how deep-rooted the problem is. If she thought that my genes somehow made me stronger, how would the doctors and nurses treat me? Every person of color I know can tell me a horror story of doctors who made fun of non-white patients by diagnosing « morbus mediterraneus », trivialising their pain and endangering the health of their patients because of their prejudices.

We need role models who we know not only for their strengths but the full range of their emotions.

When Michelle Obama talked about suffering from a mild depression on her podcast, it was good to hear these words from her of all people, because during her time as First Lady she was the embodiment of the strong Black woman. For eight years, she repeated her mantra, « When they go low, we go high » when the media and politicians expressed disparaging views of her. Sometimes it was her arms, then her weight, then her aversion to desserts, her look, her eyebrows, her hairstyle, her feminism, her lack of patriotism, her style of clothing, the list goes on. She was described as « strikingly ungracious », badly dressed, and worse. Michelle Obama did not have the luxury of being publicly vulnerable, as it would have offered her critics yet another target. She didn’t have the luxury of doing many things, and it didn’t surprise me that she only began to wear her hair natural in public after she moved out of the White House. When people like her talk about the importance of self-care and what this apocalyptic year has done to her psyche, it is significant because we need role models who we know not only for their strengths but the full range of their emotions. It didn’t come as a surprise that even a woman who is known for holding her head up high 24/7 got tired and depressed at some point – but it was still important to hear these words from her.

What if we didn’t have to learn to be strong from a young age so that we get used to being pigeonholed?

Toni Morrison so aptly said that racism is a distraction that keeps us from doing our work because we are explaining, over and over again, our reason for being. I often ask myself what our lives would be like if racism, sexism, and other -isms didn’t waste our time. What if we didn’t have to learn to be strong from a young age so that we get used to being pigeonholed and live with labels that have nothing to do with us? What if Black children could keep their innocence longer? What if certain doors wouldn’t remain closed to us because some people don’t like anything about us, from our heads to our toes? What if Black women didn’t have to be strong all the time and could just be?

Zum Sprachgebrauch:

Person of Color (Plural: People of Color, abgekürzt als PoC) ist eine politische Selbstbezeichnung für Menschen, die in der Mehrheitsgesellschaft als nicht weiß angesehen werden und wegen ethnischen und/oder rassistischen Zuschreibungen von Rassismus betroffen sind. Der Begriff wird in abgewandelter Form auch für Frauen (Women of Color, WoC), Männer (Men of Color, MoC) oder Berufsgruppen (z.B. Artists of Color) verwendet.

Schwarze Menschen ist ebenfalls eine Selbstbezeichnung und wird großgeschrieben, um zu verdeutlichen, dass es beim Schwarzsein um die Verbundenheit aufgrund gemeinsamer Rassismuserfahrungen und der Art und Weise, wie man wahrgenommen wird, geht.

Weiß und Weißsein bezeichnen ebenso wie Schwarzsein keine biologische Eigenschaft und keine reelle Hautfarbe, sondern eine politische und soziale Konstruktion. Mit Weißsein ist die dominante und privilegierte Position innerhalb des Machtverhältnisses Rassismus gemeint, die sonst zumeist unausgesprochen und unbenannt bleibt. Weißsein umfasst ein unbewusstes Selbst- und Identitätskonzept, das weiße Menschen in ihrer Selbstsicht und ihrem Verhalten prägt und sie an einen privilegierten Platz in der Gesellschaft verweist, was z.B. den Zugang zu Ressourcen betrifft.

Im Glossar finden Sie weitere Begriffe aus unseren Artikeln.

Weiter Folgen der Kolumne von Kemi Fatoba:

Changer de manière de vivre

Décider de changer votre vie n’est à la saint-glinglin facile. Briser les vieilles habitudes et en composer de saines parfois être difficile et même décourageant. Mais ce n’est pas impossible. Que vous recherchiez une vision claire de la vie, que vous vouliez changer votre alimentation et manger des aliments nutritifs et pourquoi pas que vous ayez besoin d’un nouveau plan d’entraînement, Guide ultime pour un féminin de vie sain discute de différentes façons de trouver une vie plus saine et plus heureuse. Laissez-nous vous aider à trouver un plan qui correspond à vos désirs de aspect de vie.

Comment puis-je commencer à vivre de manière healthy ?

Passer à un vogue de vie healthy est un objectif commun, cependant selon où commencer? Après avoir décidé d’effectuer un changement, l’étape suivante consiste à donner que vous pouvez réellement le élever et à élaborer un plan.

Comment puis-je changer mon aspect de vie malsain?

  • Identifiez les mauvaises ou mauvaises habitudes de vie que vous voulez changer. Ensuite, pour tout habitude, indiquez la raison pour laquelle vous allez changer. C’est peut-être pour votre bien-être mental ou alors vous avez la possibilité jouer avec vos petits-enfants.
  • Tenez-vous responsable de ces modifications. Ne blâmez pas autres ainsi qu’à le manque de temps de ne pas être à même changer vos mauvaises habitudes. Tout tel que vous tiendriez un proche responsable s’il faisait une promesse, faites-vous une promesse.
  • Supprimez déclencheurs négatifs de votre vie. Si réseaux sociaux vous mettent mal à l’aise, supprimez le compte. Si la consommation d’alcool vous donne envie d’une cigarette, faites une pause dans l’alcool. Vous savez sensiblement jà ce qui déclenche vos mauvaises habitudes, trouvez un moyen d’éviter ces déclencheurs.
  • Croyez que vous pouvez changer. La moitié de la bataille pour réussir est de vous dire que vous pouvez faire quelque chose. Ignorez votre auto-discours négatif et remplacez-le par une visualisation de votre réussite dans les changements que vous souhaitez apporter.
  • Croyez que vous avez la possibilité changer. La moitié de la bataille pour réussir est de vous dire que vous avez la possibilité composer quelque chose. Ignorez votre auto-discours négatif et remplacez-le parmi une vue de votre réussite dans les changements que vous rêveriez de apporter.
  • Faites un plan avec des buts et faites des pas de bébé. Tout tel que vous avez un horaire que vous devez suivre au travail et pourquoi pas à la maison avec plusieurs tâches que vous devez accomplir. Votre nouveau vogue de vie sain devrait également avoir des tâches et un plan à suivre.

Pourquoi est-il important de se donner des buts

Fixer des buts sains est une façon d’élaborer un plan sur la façon de démarrer votre nouveau vogue de vie sain. Fixer des buts vous donne quelque chose pour lequel travailler et vous assiste à rester motivé à travailler dur. En vous fixant des objectifs, vous vous donnez quelque chose sur lequel vous concentrer. De plus, objectifs vous permettent de mesurer vos progrès voir ce que vous avez accompli. Lorsque vous définissez vos objectifs, soyez réaliste avec vous-même. Si vous voulez arrêter de fumer, perdre 50 livres et courir un marathon, cela ne se fera pas frais en or lendemain, ainsi qu’à cela pourrait même ne pas se produire dans plusieurs salaire ainsi qu’à un an. Ne pas atteindre ces objectifs être décourageant et vous créer abandonner complètement. Au lieu de cela, commencez petit et concentrez-vous sur un objectif simultanément pour éviter de vous submerger. Si vous voulez perdre du poids, fixez-vous de petits objectifs. Tels que travailler or moins trois fois en semaine et ajouter plus de légumes à votre assiette lorsque vous voulez quelques secondes. Tenez un journal ainsi qu’à suivez-le dans votre téléphone pour vous assurer d’atteindre ces petits buts chaque semaine. Lorsque ces objectifs font facilement partie de votre traintrain hebdomadaire, ajoutez un nouveau petit objectif, tel que manger seulement deux par semaine ainsi qu’à ajouter un cours de musculation à votre routine. Ces buts sont plus faciles à atteindre et permettront peut-être d’atteindre votre objectif principal.

Comment puis-je devenir psychiquement healthy et heureux ?

Lorsque personnes pensent à un mode de vie sain, elles pensent immédiatement d’or régime et à l’exercice et ignorent complètement la santé mentale. Cependant, la santé mentale est l’un des facteurs les plus intéressants pour réaliser un mode de vie sain. «Il est important de se concentrer sur la façon d’être sain et heureux moralement dans tous simulacre de la vie», est déclaré le Dr Gregory Dikos, chirurgien traumatologue à OrthoIndy. «Beaucoup de mes doux qui se remettent d’une blessure événementiel ressentent une douleur importante et ont pour objectif subir beaucoup de rééducation avant de s’améliorer. Mes calme qui pratiquent la pensée patente se sentent généralement mieux plus tôt. »

Comment maintenir une bien-être mentale?

La capacité de gérer vos émotions et de faire face d’or intrusion et aux difficultés de radicaux les jours peut être difficile. Maintenir une salubrité mentale signifie peu de fois mettre vos propres besoins en premier. Nous ne pouvons pas prendre soin des autres dans l’hypothèse ou nous ne prenons pas soin de notre intelligent esprit et corps. Si vous recherchez un style de vie plus sain, commencez dans votre santé mentale et assurez-vous de trouver le temps de vous détendre et de faire des choses que vous aimez, de vous récompenser pour vos réalisations et de passer du temps avec de productives individus qui vous apprécient. La recherche d’un soutien et d’un traitement sociétés est un moyen d’améliorer votre santé mentale. Il existe d’autres moyens d’améliorer naturellement votre santé mentale.

Qu’est-ce que le self-talk positif ?

La façon de laquelle vous pensez à vous-même peut avoir un impact énorme sur la façon desquels vous vous sentez mentalement et physiquement. Les pensées négatives nuire à votre confiance en vous et avoir un impact sur ceux qui vous entourent également. Essayez de pratiquer la pensée sensible d’or lieu du renforcement négatif. Malgré ce que la passager voix diabolique a à dire sur votre apparence, il est temps de la remplacer pendant une voix aimante, rassurante, plus forte et spécialement POSITIVE! Trouver de la valeur en soi-même est la clé d’une vie plus heureuse et plus saine.

Qu’est-ce qu’une image corporelle claire ?

Une façon de s’exprimer positivement et de réaliser un changement mental sain est d’être gentil avec votre corps. Une image corporelle claire est une acceptation de votre corps, simultanément du plaisir et peut-être des parties que vous avez de temps en temps envie de changer. Non seulement la positivité corporelle inspire confiance, cependant vous met aussi à l’aise dans votre distinct peau. «En dépit de ce que médias vous font penser, il n’y a pas de corps« parfait »», est déclaré le Dr Meredith Langhorst, médecin de la colonne vertébrale non opératoire à OrthoIndy. « De même, il n’existe pas de corps imparfait. »

6 étapes rapide pour avoir une image corporelle claire

  • Appréciez n’importe quoi votre corps vous est avant permis de réaliser dans votre vie
  • Apprenez à remplacer voix dans votre tête qui vous disent ce que vous n’êtes pas, avec des voix qui vous disent ce que vous êtes ou pouvez être
  • Pensez aux affaires de laquelle vous êtes reconnaissant
  • Soyez plus conscient et grave des lettre négatifs à l’interieur des médias ainsi qu’à des témoignage négatives
  • Gardez une liste des affaires que vous aimez chez vous à proximité, lorsque vous vous sentez submergé pendant des pensées négatives à votre sujet, lisez-le
  • Faites quelque chose qui vous fait vous sentir bien dans votre peau

Comment puis-je commencer à accomplir de l’exercice et pourquoi pas stimuler mon pragmatisme actuelle?

S’engager dans une nouvelle tran-tran d’entraînement peut être écrasant, impérieusement dans l’hypothèse ou vous êtes nouveau pour produire de l’exercice. Cependant, l’exercice est l’une des meilleures exercice à ajouter à un style de vie sain. Non seulement cela améliore votre bien-être physique, mais cela améliore aussi votre santé mentale. Tout tel que changer votre silhouette de vie, vous devez donner des objectifs et un plan d’entraînement que vous avez la possibilité suivre. Commencez petit parmi quelque chose d’aussi simple que de marcher trois fois parmi semaine et ajoutez progressivement divers exercices à votre irréflexion d’entraînement. Votre horaire hebdomadaire inclure du temps réservé pour que vous puissiez vous entraîner. Par exemple, dans l’hypothèse ou vous connaissez que vous avez une occasion à tuer après le travail de devoir récupérer vos enfants, utilisez-en 30 moment pour faire quelque chose d’activité.

Avant de commencer

  • Vérifiez votre état de santé: dans l’hypothèse ou vous avez pas la tradition d’être physiquement actif ou bien si vous avez plus de 45 ans, consultez un avant de commencer une pragmatisme d’exercice.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes: commencez chez des objectifs faciles et réalisables tels que marcher trois à de cinq ans selon semaine, puis complétez votre plan avec de nouveaux objectifs.
  • Faites-en une habitude: une poncif d’exercice n’est une «routine» que dans l’hypothèse ou vous vous y tenez à long terme; essayez de planifier chaque semaine le temps que vous allez exercer, de ces façon, vous vous tiendrez plus responsable.

Quel est le meilleur exercice pour débutants?

L’exercice n’est pas une situation universelle, est déclaré Casey Wallace, physiothérapeute à OrthoIndy. L’une des choses les plus importantes à objectif de l’initiation d’une nouvelle usage d’exercice est de la rembourser agréable, de ce façon, il est plus facile de maintenir ces habitude saine.

Types d’exercices courants :

  • Aérobie: périodes de mouvement continu comme la course à pied ainsi qu’à le vélo
  • Force: se concentre sur la puissance musculaire et la force de bâtiment comme l’haltérophilie
  • Entraînement dans intervalles à haute intensité (HIIT): Courtes périodes d’exercice de haute intensité suivies de faible intensité ou repos tel que camps d’entraînement
  • Équilibre ainsi qu’à stabilité: renforce les muscles tout en embellissant la coordination corporelle comme les pilates
  • Flexibilité: maintient l’amplitude des mouvements, prévient les blessures et aide à la récupération musculaire comme le yoga

Conseils rapide pour rester légitime

  • Suivez les progrès telle que les temps de course, la quantité gros soulevé et pourquoi pas la perte de poids
  • Assister à des cours d’entraînement en groupe ou bien à un entraînement avec un ami
  • Amusez-vous en vous entraînant; si vous n’aimez plus un entraînement, changez-le
  • Écoutez votre corps, pousser à travers la douleur causer des blessures et finalement provoquer une perte de motivation
  • Surveillez votre fréquence cardial pour vous assurer que vous êtes dans une cordon d’exercice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *