Invité de la LIMF: Joe Browne revient sur la fusion AFL-NFL, 50 ans plus tard


Getty Images / NBC Sports

Peter King est en vacances jusqu’au 20 juillet et il a aligné des écrivains invités pour occuper sa place du lundi sur Football Morning en Amérique. Aujourd’hui, c’est Joe Browne, l’employé de longue date du bureau de la NFL, qui a été honoré par le Pro Football Hall of Fame du Ralph Hay Pioneer Award pour sa contribution significative et innovante au football professionnel.

Chroniques précédentes: Michael MacCambridge (15 juin) • Travailleurs de première ligne (22 juin)

La NFL célèbre (si ce mot existe toujours dans le vocabulaire pandémique de quiconque) son 100e anniversaire en septembre. La 100e saison était l’année dernière. Il est maintenant temps pour le 100e anniversaire! Je suis assez vieux – je préfère «assez mûr» – pour me rappeler quand la ligue a célébré son 50e anniversaire en 1970. Ironiquement, les Chiefs et leurs grands fans ont remporté des victoires au Super Bowl à ces deux occasions.

La saison 1970 a été un début tellement historique pour le prochain demi-siècle de football que le 100e anniversaire de cette année pourrait avoir du mal à égaler. Cela aurait été vrai même sans l’incertitude que COVID-19 apporte au calendrier des matchs et à la fréquentation du stade. Le week-end consacré au Temple de la renommée du football professionnel de cet été a déjà été reporté en raison de problèmes de santé et est maintenant prévu pour août prochain.

Il y a cinquante ans, la National Football League et l’American Football League ont finalisé leur fusion pour former une ligue professionnelle. J’étais là pour ça, en tant que jeune employé des relations publiques de la NFL. En tant que stagiaire de la ligue en 1966, j’ai vu les pourparlers de fusion stop-and-start et stop-and-recommencer à leurs balbutiements.

Croiriez-vous que l’élan de cette fusion historique a commencé dans une voiture garée à Love Field, un aéroport de Dallas? Asseyez-vous, et je vais vous dire que l’histoire, plus celle sur la façon exacte dont Dallas, avec seulement 20% de chances d’être intégré dans la division Est de la NFC, est devenue rivale avec des équipes à plus de 1000 miles de distance.

Le récit de Dallas implique un vase à fleurs et une femme nommée Thelma. Voici comment tout a commencé. . .

En 1966, les énormes coûts économiques pour les propriétaires de l’AFL et de la NFL dans leur bataille pour les fans, les joueurs débutants et les villes franchisées ont continué de grimper. Cela durait depuis plusieurs années. Après avoir consulté le commissaire de la NFL, Pete Rozelle et les avocats, le président des Cowboys, Tex Schramm, a invité son voisin de Dallas – mais pas un ami proche – Lamar Hunt, le co-fondateur du rival AFL, à le rencontrer le 4 avril à Love Field. La session n’a pas eu lieu dans un salon exclusif réservé aux membres, mais plutôt dans Oldsmobile de Tex, garé près d’une statue de 12 pieds du désormais infâme capitaine du Texas Ranger Jay Banks. Oui, il se lit comme un script Netflix. Tex a choisi Lamar pour parler de fusion parce que Hunt était respecté par ses collègues propriétaires de l’AFL; Selon les rumeurs, Lamar voulait mettre fin aux dépenses excessives des joueurs, et il était connu comme une personne silencieuse qui pouvait garder les choses confidentielles. Après que les deux hommes eurent une conversation cordiale, Lamar partit pour Houston et une réunion de l’AFL. Ironiquement, c’est la réunion au cours de laquelle Al Davis, alors entraîneur-chef des Raiders et directeur général, a été nommé nouveau commissaire de l’AFL.

Schramm et Hunt ne se sont pas rencontrés à nouveau pendant un mois. Pendant l’intérim, les seules nouvelles liées étaient mauvaises. Les dépenses du club pour les recrues se sont poursuivies et il y avait des rumeurs selon lesquelles les AFL Jets and Chargers étaient en vente. Pendant ce temps, le président des 49ers, Lou Spadia, qui avait été amené dans la boucle de fusion parce que son équipe devrait partager la Bay Area avec les Raiders, réfléchissait à cette idée. Hunt et Schramm se sont à nouveau rencontrés au début de mai; heureusement, les deux parties ont convenu que quels que soient les obstacles sur la table, ils pourraient être surmontés. C’était les bonnes nouvelles. Cependant, lors d’une réunion de la ligue de la NFL à Washington D.C. quelques jours plus tard, un obstacle est survenu qu’aucune ligue n’avait prévu.

Le propriétaire des Giants, Wellington Mara, a déclaré à ses pairs qu’il venait de signer le remarquable botteur des Buffalo Bills Pete Gogolak, qui avait joué son option AFL avec cette équipe. C’était la première fois qu’un joueur de l’AFL sautait dans la NFL. Je n’étais pas présent mais on m’a dit plus tard que c’était l’une des réunions de ligue les plus émouvantes jamais organisées. Comment les Giants, qui connaissaient les pourparlers Schramm-Hunt, ont-ils pu jeter de l’essence sur un feu brûlant? À quoi pensaient les géants fidèles de la NFL? Mara a défendu cette décision en répondant que Rozelle lui avait dit plus tôt qu’il n’y avait aucune raison légale pour laquelle Gogolak ne pouvait pas signer.

À la fin de la réunion de la ligue, plusieurs des propriétaires les plus influents de la NFL se sont rencontrés en privé à l’hôtel. Ils ont convenu que la folie financière des signatures de joueurs devait cesser. Le groupe a demandé à Schramm de convaincre son amie proche Rozelle, qui préférait plus les combats que les fusions, de monter à bord et de conclure ces pourparlers sur la fusion. Pete, qui croyait que l’AFL se dépensait elle-même, a finalement accepté.

Les choses ont évolué rapidement après ce tumulte de Gogolak. Hunt et Schramm se sont rencontrés au domicile de Tex le 31 mai et à nouveau le 5 juin pour aplanir les détails. L’un des derniers obstacles a été levé lorsque Hunt a convenu que sa ligue paierait (à contrecœur) à la NFL un total de 18 millions de dollars sur 10 ans. Les deux pacificateurs ont ensuite rencontré le 7 juin Rozelle et les avocats de Washington D.C. où Pete était allé donner un avertissement aux principaux dirigeants du Congrès. Il savait que les ligues auraient finalement besoin d’une exemption antitrust du Congrès pour fusionner. La rencontre de Washington avec Hunt s’est déroulée tôt le 8 juin jusqu’à ce que, peut-être par épuisement, toutes les parties acceptent les conditions définitives.

À gauche: le propriétaire des chefs Lamar Hunt. À droite: le président des Cowboys, Tex Schramm (l), avec le commissaire de la NFL, Pete Rozelle. (Getty Images / 2)

Il n’y avait pas de temps pour qu’un long document juridique soit rédigé et signé. Un communiqué de presse énonçant les termes devrait suffire. Ils se sont envolés pour New York plus tard dans la matinée où une conférence de presse a eu lieu le 8 juin 1966 pour annoncer officiellement l’accord. Je suis normalement une personne modeste, mais mon rôle dans cette annonce de fusion ne peut pas être surestimé. J’étais le messager qui a remis une copie du communiqué de presse au bureau des sports de United Press International sur la 42e rue, à quelques pâtés de maisons de Times Square. Plus tard, Rozelle m’a dit qu’il était reconnaissant de ne pas avoir été détourné sur mon chemin.

De nombreuses personnes dans le sport ont été choquées, surprises ou déçues lorsque la nouvelle de la fusion a éclaté. Al Davis était tous les trois. Il était commissaire de l’AFL depuis seulement quelques semaines et il était un faucon lorsqu’il s’agissait de combattre la NFL. Les propriétaires de l’AFL l’ont délibérément gardé dans l’ignorance concernant les pourparlers Hunt-Schramm de peur qu’il ne s’efforce de les détourner. La nouvelle que Rozelle serait le commissaire de la ligue fusionnée a dû faire mal. J’ai toujours cru que c’était la racine des batailles de plusieurs décennies d’Al avec l’establishment de la NFL. J’ai passé plusieurs mois au cours de ma carrière dans les salles d’audience de Los Angeles à New York à regarder Al témoigner contre ses collègues propriétaires dans des domaines allant de la délocalisation de la franchise à son soutien au procès raté de Donald Trump contre la NFL par l’USFL en 1986.

L’AUBE DES ANNÉES 70

Avance rapide jusqu’en 1970. Il avait été convenu que l’AFL fonctionnerait sous son nom d’origine jusqu’à la fin des années 60. Des comités mixtes comprenant des propriétaires des deux côtés ont travaillé au cours de ces années sur des questions allant de la programmation future à la taille des effectifs en passant par les prestations médicales des joueurs. Cependant, un alignement divisionnaire de la Conférence nationale de football n’a dû être décidé que par les 13 propriétaires de la NFC. Ce serait l’une des dernières étapes de la réalisation de la fusion. Le 11 janvier de la même année, lors du dernier match avant que les 26 équipes ne forment une seule ligue, les Chiefs de Lamar Hunt ont battu le Minnesota dans le Super Bowl IV. Rozelle et les clubs NFC étaient sur l’horloge pour déterminer comment ces équipes seraient divisées en trois divisions.

Les Colts, Steelers et Browns traditionnels de l’année précédente avaient surpris leurs fans et les médias locaux en acceptant (pour une récompense en espèces) de passer à l’AFC. L’alignement AFC en trois divisions a donc été défini. Cependant, les propriétaires de NFC restants se disputaient toujours sur le meilleur alignement pour leur conférence, et eux-mêmes. Des rivalités de division traditionnelles de longue date étaient menacées. Certains des affrontements concernaient les capacités des stades. Les clubs préféraient de beaucoup les matchs sur route devant 75 000 fans qui payaient des billets à prix élevé plutôt que dans des parcs plus petits. À cette époque, avant les contrats de télévision d’un milliard de dollars et le partage des portes à l’échelle de la ligue, l’équipe visiteuse a remporté 40% des recettes du jeu et cela a été significatif pour son résultat net. Quelques propriétaires ne voulaient pas jouer dans une division où leurs rivaux partageaient des stades multisports dans lesquels les terrains de baseball de terre pourraient causer des blessures. De plus, d’autres équipes ne voulaient pas parcourir 3 000 milles pour affronter des rivaux de division. Les progrès sur la question se faisaient en pouces et non en mètres.

Le commissaire était frustré. Rozelle nous a dit lors d’un déjeuner fin décembre, en paraphrasant – on a l’impression que chaque équipe veut les mêmes trois choses:

1. Être dans une division où leurs adversaires ont de grands stades et des recettes de porte plus grandes;
2. Au moins un rival de division dans une ville par temps chaud, de sorte que tous les matchs à l’extérieur ne se sont pas produits dans le froid brutal du dernier trimestre de la saison;
3. Être dans une division de pigeons.

En tant que New-Yorkais natif, je savais certainement ce qu’était un pigeon. Cependant, pourquoi Pete utiliserait-il ce mot lorsqu’il s’agit d’alignement sur le football?

Bien sûr, j’ai hoché la tête en accord lorsque Pete a dit des pigeons, mais je n’avais aucune idée réelle. Au cours des prochaines décennies, j’ai perfectionné l’art de «hocher la tête en accord» chaque fois que le commissaire ou un propriétaire de la NFL parlait. C’était l’une des clés de ma survie professionnelle.

Plus tard, j’ai demandé à Jim Kensil, le bras droit de Pete et la personne qui m’a engagé en ’65. Jim a dit qu’un pigeon dans le vocabulaire de Pete était une équipe qui serait une poussée perpétuelle et une victoire facile – ou mieux, deux victoires – chaque année.

Début janvier, les 13 clubs devaient décider des nouvelles divisions de la NFC avant la date limite du 1er février, qui était énoncée dans l’accord de fusion de 1966.

Pete a convoqué une réunion d’alignement des 13 clubs NFC la veille du Super Bowl IV à la Nouvelle-Orléans. Ce n’était pas une bonne idée. Plusieurs dirigeants du club semblaient plus intéressés par les réservations pour le petit-déjeuner chez Brennan ou le dîner au Galatoire que sur les détails épineux du football. Les propriétaires originaux de l’AFL, qui s’étaient auparavant surnommés «The Foolish Club» pour avoir osé affronter la NFL, ricanaient: qui a l’air idiot maintenant? Les anciens propriétaires de la NFL ne pouvaient même pas décider dans quelles divisions ils seraient.

Pete était gêné. Il a dit aux propriétaires de la NFC cet après-midi avant leur départ pour Bourbon Street qu’ils allaient se revoir à New York la semaine suivante après le Super Bowl. Il n’allait pas les laisser rentrer jusqu’à ce que nous ayons le nouvel alignement.

Les représentants des 13 équipes de la NFC se sont rendus à New York et ont commencé à se réunir mercredi après-midi, le 14 janvier. Bien qu’il y ait eu plus de discussions, il n’y avait toujours pas d’accord. Pete a suspendu la réunion à 18 h 30. Plusieurs des propriétaires ont dîné ce soir-là au 21 Club ou Toots Shor’s, le lieu de rendez-vous sportif local.

Jeudi, la réunion a commencé tôt et a duré jusqu’à tard dans la soirée sans résolution. Rozelle a dit aux propriétaires de dormir parce que vendredi, ils allaient les rencontrer toute la journée et toute la nuit dans la salle des poissons jusqu’à ce qu’une décision soit prise. La plus grande salle de conférence de nos bureaux de la NFL était communément appelée «The Fish Room», car un grand marlin y avait été monté un an plus tôt grâce à l’une des expéditions de pêche en haute mer de Pete. Ce devait être un cadre unique parmi les bureaux d’entreprise sur Park Avenue parce que je ne pouvais pas imaginer IBM ou Xerox ayant un marlin accroché dans sa salle de conférence lambrissée lors des réunions annuelles du conseil d’administration.

Vendredi 16 janvier, Rozelle a décidé d’adopter une approche différente. Il pensait que certains propriétaires avaient tellement parlé que même ils ne savaient pas quelle division ils souhaitaient. Il avait reçu suffisamment de commentaires pendant tout ce processus pour connaître les rivalités critiques pour chaque propriétaire et celles qui étaient secondaires. Ce matin-là, Pete a déclaré aux clubs que les 49ers, qui, via l’accord de fusion, avaient un droit de veto sur tout plan d’alignement qu’ils n’aimaient pas, avaient accepté de respecter l’autorité de Pete de forcer un alignement. Pete a ensuite suspendu la réunion pendant 20 minutes. Il avait un tableau noir contenant cinq scénarios d’alignement différents étiquetés de 1 à 5 dans The Fish Room. Pete lui a donné un dernier coup. S’il n’y avait pas de consensus sur un seul plan, il tirerait le numéro de l’alignement gagnant d’un chapeau et ils pourraient tous aller à l’aéroport. Il y a cinquante ans, presque aucun propriétaire n’avait un avion privé ou un yacht d’ailleurs. Ils ont volé sur des avions commerciaux et mangé des cacahuètes comme nous tous.

Les propriétaires ont accepté ce plan de match parce qu’ils étaient fatigués des arguments comme Pete. De plus, c’était vendredi et ils voulaient quitter la ville. Plusieurs étaient sur la route depuis les activités pré-Super Bowl à la Nouvelle-Orléans la semaine précédente.

Une fois la récréation terminée, Pete a dévoilé la planche et les propriétaires ont vu les possibilités. Certains se sont levés et se sont dirigés vers le devant de la pièce pour voir le tableau de près. D’autres se sont assis sur leurs chaises et ont regardé les combinaisons. La plupart ont été résignés au fait que, quel que soit le plan choisi, ils n’auraient qu’une tranche de ce qu’ils avaient combattu pendant tous ces mois.

THELMA ENTRE EN SCÈNE À GAUCHE

Silencieusement, comme c’était son style, Pete mettait fin au drame qui durait des mois. Après avoir roulé le tableau noir dans la pièce …qui pensiez-vous avoir fait ça? George Halas?– Je me suis attardé dans le dos pour ce moment historique. Le commissaire m’a dit de demander à Thelma Elkjer, sa secrétaire, d’entrer dans la pièce. Elle était connue de nombreux propriétaires depuis qu’elle avait travaillé avec Rozelle lorsque les deux étaient employés par les Rams dans les années 50. Elle déménagea vers l’Est lorsque Pete fut nommé commissaire en 1960. Ce serait elle qui sortirait de l’impasse en prenant aveuglément l’un des bouts de papier. Les propriétaires lui faisaient confiance.

Enfin, le grand moment est arrivé. Thelma entra dans la pièce, mais partit rapidement chercher un vase à fleurs vide pour contenir les cinq morceaux de papier. Pete avait montré les feuillets numérotés à quelques propriétaires pour confirmer qu’il y avait cinq numéros différents qui correspondaient à ceux du tableau. Il ne voulait pas qu’un propriétaire contrarié l’accuse par la suite que les cinq feuillets contiennent tous le même nombre, ce qui refléterait l’alignement préféré de Pete pour les équipes. (C’est une astuce qu’ils ne vous apprennent pas à la Harvard Business School!) À ce stade, les deux seuls Américains en qui les propriétaires avaient confiance étaient le président Richard Nixon (avant le Watergate) et Thelma.

Sans même un roulement de tambour, Thelma a tendu la main, a sorti une fiche et a annoncé que le plan gagnant était le numéro 3. Les propriétaires ont plissé les yeux au tableau pour voir où étaient leurs équipes dans le plan 3.

Tex Schramm laissa échapper un peu de joie et sourit au propriétaire des Cowboys, Clint Murchison, qui était à côté de lui. Le plan 3 était la SEULE combinaison qui avait les Cowboys dans la même division que les Giants, Redskins et Eagles. Schramm, l’ancien directeur des relations publiques et de la télévision, connaissait l’exposition supplémentaire que son équipe recevait en jouant des équipes dans ces trois grands marchés deux fois par an. Les Cowboys depuis leur création avaient joué la plupart des saisons (mais pas toutes) avec ces trois équipes de leur division. Ils ont clairement fait savoir qu’ils ne voulaient pas perdre ces rivalités. Malgré toutes les chances contre eux, ils ont réussi à finir. (Ai-je mentionné que Thelma a travaillé aux côtés de Tex lorsque les deux étaient avec les Rams dans les années 50? Strictement fortuit, Cowboys Haters.)

Cowboys-Redskins, vers 1971. (Getty Images)

Quelques équipes de la NFC Central ont marmonné leur mécontentement parce que la combinaison de Chicago, Détroit, Green Bay et du Minnesota signifiait qu’elles n’obtiendraient pas la pause par temps chaud très souhaitée vers la fin de la saison. Ils ne savaient pas que la moitié de ces équipes joueraient dans des dômes confortables quelques années plus tard et que l’expansion de Tampa Bay rejoindrait leur division plus tard cette décennie. Cependant, tout le monde dans la salle était soulagé que le long cauchemar du football professionnel soit terminé! Ils ont adopté le plan et se sont précipités vers les sorties.

Mme Thelma, décédée en 2000 après être retournée en Californie pour travailler au bureau de retraite de Pete Rozelle à Rancho Santa Fe, a fait un si bon travail en sélectionnant le numéro 3 que l’alignement de base a duré plus de trois décennies. Même lorsque la NFL s’est scindée en huit divisions en 2002, bon nombre de ces rivalités traditionnelles se sont maintenues.

TV INCLUANT MNF ET COSELL

La planification de la nouvelle ligue de 1970 s’est poursuivie après ces réunions de réalignement. Tout le monde avait hâte que tous nos matchs de la saison régulière soient télévisés pour la première fois sur les trois seuls grands réseaux (CBS, NBC et ABC) qui existaient en 1970. Peut-être d’égale importance, Rozelle a insisté sur le fait qu’il y aurait du langage dans les contrats de télévision qui les jeux seraient souvent promus au cours de la semaine dans des émissions matinales, des feuilletons de l’après-midi et des émissions en soirée. L’ajout du lundi soir au football d’ABC cette année-là constituerait un précédent. L’un des principaux arguments de vente était que ces jeux aux heures de grande écoute seraient télévisés en couleur. C’était une percée majeure il y a 50 ans.

En fin de compte, une autre percée majeure s’est produite une fois que ces jeux MNF ont commencé. C’était la première fois que la plupart des téléspectateurs étaient exposés à l’avocat devenu diffuseur Howard Cosell, qui était un goût acquis pour ceux en dehors de son New York natal. Certains téléspectateurs ont aimé l’écouter, mais pas beaucoup. Dans les deux cas, les deux groupes ont regardé. Au cours de chaque concours du lundi soir, ABC a organisé un ensemble très populaire de 5 à 7 minutes de temps forts des jeux de la veille. Cosell, de sa voix nasale distincte et avec un vocabulaire multi-syllabique, a livré le commentaire. Pour la plupart des fans, c’était la première fois qu’ils voyaient ces pièces passionnantes.

Rozelle, mieux que n’importe quel directeur sportif dans le monde ou à l’extérieur, comprenait le pouvoir promotionnel et l’impact de la télévision en réseau. Il avait travaillé pour obtenir des matchs de la NFL devant des téléspectateurs plus diversifiés aux heures de grande écoute dans une série hebdomadaire. Cependant, la plupart des honchos du réseau pensaient toujours que le football aux heures de grande écoute n’attirerait qu’un public de niche. Ils préféraient de loin les films et les séries humoristiques tels que « Laugh-In » de NBC et « The Doris Day Show » de CBS comme une programmation qui attirerait toutes les données démographiques, en particulier les femmes.

Heureusement, le jeune Roone Arledge, alors président d’ABC Sports, partageait la vision de Pete sur le football aux heures de grande écoute. Les deux hommes ont convenu d’un accord pluriannuel et la série ABC est devenue une aubaine instantanée pour les audiences télévisées. Les salles de cinéma ont soudainement fermé le lundi soir à l’automne et les ligues de bowling, qui étaient très populaires à l’époque, sont passées à une autre nuit. Des millions de fans, dont des femmes, voulaient rester à la maison et regarder la NFL.

PLUS D’INNOVATIONS DANS LES ANNÉES 70

En 1970, le football professionnel avait dépassé la Ligue majeure de baseball et le football universitaire comme sport favori des États-Unis. Alors que le baseball était «America’s Pastime», le football était en passe de devenir «America’s Passion». La NFL était prête à concurrencer avec succès non seulement d’autres sports mais aussi toutes les formes de divertissement.

Le revenu total combiné pour les 26 équipes en 1970 était de 130 millions de dollars, stupéfiant pour l’époque. Une masse salariale d’équipe typique se situait entre 2 et 2,5 millions de dollars. Cinquante ans plus tard, les revenus totaux de la ligue pour le 100e anniversaire à venir devraient être (pré-pandémie) de 16,5 milliards de dollars (avec un «b»). Le coût total des joueurs cette année dépassera 240 millions de dollars par club.

La saison 1970 a également vu pour la première fois une équipe de wild-card en séries éliminatoires dans chaque conférence. La saison 2020 aura trois concurrents joker dans les séries éliminatoires de l’AFC et de la NFC. Une convention collective de quatre ans a été conclue en 1970 entre les clubs et la NFL Players Association élargie dirigée par la légende du Hall of Fame John Mackey. De même, un accord de 10 ans a été approuvé en mars dernier par les propriétaires et le syndicat. La paix du travail est quelque chose que personne n’apprécie vraiment tant qu’il n’est pas là.

De nouveaux changements de politique en 1970 incluaient les noms des joueurs au dos de tous les maillots. L’AFL avait cette politique dans les années 60 pour favoriser la promotion de ses joueurs. Cependant, les propriétaires de la NFL au fil des ans avaient supposé que leurs fans connaîtraient Johnny Unitas de Gale Sayers, donc c’était un changement pour eux. Heck, la ligue est maintenant arrivée si loin que les joueurs sont autorisés à avoir des suffixes à côté des noms sur leurs maillots.

La saison 1970 a également été spéciale pour moi (toute la politique étant locale) car c’était ma première année complète en tant qu’employé à plein temps au bureau du commissaire. Rozelle, bien bronzée, entamait sa deuxième décennie de travail et j’étais l’assistante RP aux visages pâles à l’extrémité opposée de l’organigramme.

Pete n’a jamais eu la patience pour les réunions du personnel de bureau, il aurait donc des déjeuners occasionnels pour ses cadres supérieurs le vendredi dans un restaurant mexicain. Aussi accompli qu’il était, Pete avait encore au moins trois vices: il fumait trop, buvait des verres de Coca pour le petit déjeuner et appréciait la nourriture mexicaine.

Bien que nouvelle travailleuse à temps plein, j’ai été invitée à de nombreux repas du personnel parce que j’avais été stagiaire au bureau et que j’avais voyagé pour des matchs d’après-saison pendant mes études collégiales. Rozelle et le petit groupe de cadres me connaissaient et me faisaient confiance pour garder la confidentialité des affaires privées. Ce qui a été dit sur les margaritas et le guacamole est resté à el restaurante. Lo entiendes?

Le premier sujet de discussion au déjeuner était souvent la qualité de notre arbitrage. Vous pouvez voir que certaines choses n’ont pas changé. Nous avions généralement le même serveur que j’ai appris plus tard toujours demandé de nous servir. Inévitablement, il demanderait à Rozelle avant de terminer notre repas si Pete « aimait » les Packers ou les Dauphins ce dimanche. Pete donnait une non-réponse et souriait. Imaginer. Un fan de sport qui parie sur des jeux.

LES ANNÉES VOLENT PAR

Pete Rozelle et les propriétaires de clubs de la saison 1970 croyaient en la force et l’avenir de leur sport. Beaucoup d’entre eux avaient consacré leur vie d’adulte au football. C’étaient avant tout des footballeurs. Le propriétaire d’une entreprise veut gagner de l’argent, mais ces individus étaient aussi passionnés par leurs équipes que les entraîneurs et les joueurs qu’ils payaient.

Les années se sont transformées en décennies et Rozelle a choqué le monde du sport en 1989 en annonçant sa retraite. Son épouse Carrie voulait vraiment retourner dans le sud de la Californie et ils ont donc construit une belle maison au nord de San Diego où Pete a passé ses dernières années. J’ai toujours souhaité qu’il soit resté dans la région de New York où se trouvaient la plupart de ses amis de longue date.

Je suis resté en contact avec lui après sa retraite. Ma famille et moi lui devions tellement. La vie n’est pas toujours juste et ni lui ni Carrie n’ont vécu une bonne décennie de leur vie. Je me souviens m’être arrêté chez lui au début de 1996 alors que j’étais en route pour le Pro Bowl à Hawaï. Il mourrait d’un cancer du cerveau plus tard cette année-là. Il n’était pas à 100% en bonne santé, alors j’ai fait la plupart des discussions. Nous avons ri de tous les moments de plaisir que Pete a eu avec les Rams et pendant ses 30 ans en tant que commissaire. Nous avons plaisanté sur le pur-sang cher que son ami et ancien propriétaire des Chargers, Gene Klein, avait nommé d’après lui. Le poulain s’appelait «commissaire Pete». Chaque fois que je lui demandais des années plus tôt comment allait le cheval, Pete disait avec un visage impassible: « Il se repose dans son box. » Le «commissaire Pete» ne s’est jamais rendu aux courses.

J’ai demandé à Pete dans un moment sérieux lors de ma visite à domicile s’il aurait pu anticiper la croissance spectaculaire de la ligue 25 ans plus tôt lorsque l’ère post-AFL a fait de lui le commissaire d’une NFL à 26 équipes. Après tout, quand il a été nommé commissaire de la NFL en 1960 à l’âge de 33 ans, il n’y avait que 12 équipes. Dallas et Minnesota ont été ajoutés deux jours après sa prise de fonction.

A-t-il jamais prévu en 1970 la manière dont sa création d’un Super Bowl à site neutre capturerait le pays et deviendrait un phénomène culturel?

Les anciens commissaires de la NFL, Paul Tagliabue (à gauche) et Pete Rozelle en 1991. (Getty Images)

Pete a sorti une cigarette de Marlboro (ou Vantage) comme je l’avais vu faire des centaines de fois au fil des ans. Il sourit, secoua la tête et pesa doucement ses mots de la même manière que depuis que je le connaissais.

Rozelle, alors âgée de 69 ans, a répondu avec émotion qu’il était impossible d’imaginer en 1970 toute la croissance, l’enthousiasme et l’intérêt que la ligue apprécierait, ainsi que le divertissement et la compétition qu’elle offrirait à ses fans.

J’ai pris ma retraite de la NFL en 2016. J’avais assisté à 50 Super Bowls consécutifs. Le seul que j’ai manqué était le premier. J’avais l’habitude de kidnapper Pete que c’était peut-être juste une coïncidence, mais le seul Super Bowl qui ne s’est pas vendu était celui qu’il ne m’avait pas invité à travailler.

J’ai fait un tour helluva de 50 ans (je l’ai appelé un «stage») en communications, relations publiques, affaires gouvernementales, efforts communautaires et coordination des anciens. J’ai travaillé avec des dizaines de propriétaires de la NFL et leur personnel. Pete Rozelle; le nouveau Temple de la renommée du football professionnel Paul Tagliabue; et Roger Goodell ont tous compris la signification plus large du sport et ont réuni les propriétaires de club et les joueurs à des moments clés pour rendre la NFL plus populaire et attrayante que jamais.

Chaque fois que les gens me demandent comment j’ai survécu à la NFL pendant toutes ces années, je souligne d’abord que le fait d’avoir seulement trois commissaires-directeurs généraux sur 50 ans n’a pas fait de mal. Il y a quelque chose à dire sur la continuité.

Peut-être qu’un autre jeune employé du bureau de la ligue présentera en ce moment les futures innovations et avancées qui attendent le football professionnel au cours des 50 prochaines années. J’espère qu’il appréciera leur expérience autant que moi.

Comment une défaite de 38-0 a conduit à cinq apparitions au Super Bowl

Une dernière note sur la saison historique de la NFL en 1970:

Mon ami Greg Aiello est l’ancien porte-parole du bureau de la ligue de longue date. Pendant plus de deux décennies, il a été cité plus souvent que même le secrétaire de presse de la Maison Blanche. Greg a commencé sa carrière dans la NFL en travaillant avec le légendaire entraîneur Tom Landry au front office des Cowboys. Greg m’a récemment écrit:

Dans la nuit du 16 novembre 1970, les Cardinals de St. Louis ont écrasé les Cowboys 38-0 au Cotton Bowl lors du Monday Night Football. À peine un jeu mémorable à l’époque. À un moment donné, les fans des Cowboys ont scandé pour leur retraité QB Don Meredith qui était dans le stand ABC aidant à appeler le match. La fête était finie tôt ce soir-là.

L’entraîneur Landry et l’équipe étaient gênés. Landry aurait déclaré aux joueurs qu’il était déçu d’eux et de lui-même et il semblait qu’ils ne participeraient pas aux éliminatoires pour la première fois en cinq ans. Il a ensuite montré l’une des qualités qui ont fait de lui un entraîneur du Temple de la renommée. Il a fait quelque chose de complètement inattendu et hors de caractère dans les jours qui ont suivi cette perte. Landry a relâché l’équipe pour alléger la pression des joueurs. Il les a laissés s’amuser en jouant au football tactile dans la pratique. Il a simplifié le plan de match.

Les joueurs ont répondu au défi que Landry leur a lancé. Ils ont remporté sept victoires consécutives pour atteindre leur premier Super Bowl contre les Colt de Baltimore. Malheureusement, les Cowboys ont raté ce match lorsque les Colts ont botté un panier de 32 verges avec cinq secondes à jouer.

Cependant, la saison suivante, Roger Staubach a pris le relais en tant que quart-arrière partant et les Cowboys sont revenus pour remporter leur premier Super Bowl. Ils étaient de nouveau dans le grand match en 1975, à nouveau en 1977 et à nouveau en 1978. Qui savait qu’une perte terne de 38-0 tournerait autour d’une équipe et allumerait une étincelle qui aurait poussé les Cowboys sous l’entraîneur Landry à CINQ apparitions au Super Bowl en une seule décennie?

Je sais que vous avez probablement entendu la même chose d’au moins 500 de vos amis les plus proches, mais j’étais VRAIMENT au Ice Bowl de Green Bay à la fin décembre 1967.

J’étais entre deux semestres ma dernière année à l’université et j’ai voyagé comme stagiaire dans la NFL pour le thriller Cowboys-Packers à Lambeau Field.

Quelques directeurs de bureau de la NFL et moi étions là pour la semaine. Le vainqueur de ce match de championnat de la NFL passerait au Super Bowl II.

J’ai été envoyé jeudi à l’aéroport Austin Straubel en dehors de la ville pour récupérer un carton de matériel promotionnel envoyé sur un vol commercial de LaGuardia. Nous ne faisions pas confiance au bureau de poste américain pour livrer les livres à temps et FedEx n’a été fondée que quatre ans plus tard par Fred Smith, l’un des propriétaires minoritaires actuels des Washington Redskins.

Pendant que j’attendais la boîte au carrousel à bagages, j’ai reconnu le célèbre chroniqueur du Newark Star Ledger Jerry Izenberg, qui était arrivé sur le même vol. Je me suis docilement présenté et j’ai demandé si je pouvais le conduire à l’hôtel Northland où les médias étaient hébergés.

Sur le chemin du retour en ville, Jerry s’est assis sur le siège passager pendant que nous parlions et parcourions les routes glacées.

«Mon fils, depuis combien de temps conduisez-vous», a demandé Jerry après que la voiture a dérapé (juste un peu) pour s’arrêter à un feu rouge.

« Oh, j’ai obtenu ma licence plus tôt ce mois-ci le 7 décembre », ai-je fièrement dit.

« Déc. 7. Cela a du sens », a répondu Jerry. «C’est le jour où Pearl Harbor a été bombardé. Si vous ne conduisez pas plus lentement, nous allons aussi mourir. Veuillez être plus prudent. « 

Je suis heureux de dire que nous avons tous les deux survécu. Jerry, qui vit maintenant à l’extérieur de Las Vegas, aura 90 ans en septembre et écrit toujours des chroniques occasionnelles pour le Star Ledger. Après 15 livres de non-fiction, il écrit actuellement son premier roman.

je

II

III

IV

V

1. Je pense J’ai été un peu surpris par le timing de l’annonce que le quart-arrière Cam Newton a signé avec les Patriots. Faire éclater l’histoire un dimanche soir hors saison n’est pas le moyen le plus intelligent de générer une publicité favorable. Cependant, tout cela a rapidement pris un sens lorsque j’ai entendu dimanche soir que les Pats étaient à nouveau condamnés à une amende et à une sanction par le bureau de la ligue pour avoir filmé la ligne de touche d’un adversaire pendant un match. Vous apprenez dans Public Relations 101 que vous essayez toujours de faire de l’ombre à des nouvelles vraiment négatives en publiant un élément positif en même temps.

Dans ce cas, je pense que le bavardage dans les bureaux de la ligue et de l’équipe cette semaine traitera moins de la signature du Newton en proie à des blessures et plus des Patriots qui enfreindront à nouveau les règles de la NFL.

2. Je pense Major League Baseball has a great opportunity to try something different during this abbreviated COVID-19 season. MLB could maximize national interest and use a once-a-week formula—similar to Monday Night Football. For example, the Cubs could play the Cards early on Monday night on ESPN followed by the Rockies at Dodgers on TBS or Fox in the late game. The Phillies could face the Mets in the early Tuesday game followed by the White Sox vs. the Angels. You could play two nationally televised games on six nights and a triple-header the seventh night so all 30 teams would be featured in a nationally-televised game each week. It would give even small market teams much needed national exposure.

Baseball purists such as Peter King might think it’s a crazy idea but this is a new abnormal. What does MLB have to lose?

3. I think Burgess Owens, who started at free safety for the Raiders in their Super Bowl XV win, has a good shot at also  winning Tuesday’s Republican primary in Utah’s 4th Congressional District this week. Owens played for the Jets and Raiders from 1973-82 and was voted to the Pro Bowl in 1981. If he is successful in making it to Washington D.C., Owens will join two other NFL alumni—Colin Allred (D-Texas) and Anthony Gonzalez (R-Ohio)—who are freshmen Congressmen running this November for re-election. Allred was a Titans linebacker from 2006-10 while Gonzalez played five seasons as a Colts receiver from 2007-11.

Left: Burgess Owens (22) moving in to tackle O.J. Simpson in 1974. Right: Owens in Washington D.C. last week. (Getty Images/2)

4. I think golf may be the next betting craze.

I was with my friend Hank (The Hammer) Goldberg at Joe’s Stone Crabs in Miami Beach 10 years ago.  As you TV sports fans know, Hank is not reluctant to place a wager on a horse race or football game. Well, Hank was in a particularly bad slump  at that time and was crying in his key lime pie.

“Hank, why don’t you change your luck and switch sports,” I said trying to console him.  “Why don’t you bet on hockey or golf?”

“Golf? Golf? I know there’s Tiger Woods, Phil Mickelson and a bunch of other guys. How could I possibly bet on golf,” he exclaimed.

Fast forward to 10 days ago.  Hank, who turns 80 on July 4, moved from Miami to Las Vegas in 2017. Where did you think he was going to relocate? Idaho?

I called him to see which horse he liked in the Belmont Stakes. “The favorite (Tiz The Law) can’t lose,” he replied.

However, before he hung up, Hank volunteered that he also had placed a substantial bet on golfer Webb Simpson to win the RBC Heritage at Hilton Head. “I got 26-1 odds, too,” he added.

Now it was my turn. “Golf?” I asked. “What do YOU know about golf?” Hank said that Simpson had played well in his last round the previous week but missed the cut.

I watched the tournament out of curiosity. Simpson (and Hank) won the tourney by one stroke.

By the way, golf without fans is a plus for TV viewers.  You get to listen to the golfer-caddy pre-shot conversations. Viewers also get a real sense of how beautiful the course is without thousands trampling on the grass and you have unobstructed views of the surrounding scenery. Most importantly, you don’t have idiot fans shouting after almost every shot “Baba Booey” or “You da man” or “In da hole.”

5. I think Philadelphia Eagles super fan, season-ticket holder and TV business personality Jim Cramer of CNBC’s popular ”Mad Money” would be a great addition to ESPN’s Monday Night Football halftime.

ESPN reportedly has been rejected in its search for a new MNF analyst by big-name personalities such as Peyton Manning and Tony Romo. Cramer, who never has thrown a TD pass, would be a welcome addition to handle a 3-5 minute halftime segment giving stock tips, talking NFL and discussing related business. If fans lost money on Sunday’s games, they could make up for it Tuesday by listening to someone who (usually) knows what’s going on in the market.

Cramer  is an often-times controversial, unorthodox, entertaining, big-name TV personality in the world of stock trading, media and business.  His irascibility plays well on TV since half his audience enjoys him and the other half glares at him. In television, the networks usually don’t care whether or not you like the on-air talent so long as you watch.

6. I think Paul Tagliabue’s (now delayed until 2021) enshrinement into the Pro Football Hall of Fame is deserved and overdue. I first heard his name 50 years ago. He had accompanied then-Commissioner Rozelle in May 1970  when Pete testified in federal court in Curt Flood’s lawsuit challenging baseball’s reserve clause. Tagliabue was a young outside attorney for the NFL back then.

I have been thinking of Tagliabue because the well-publicized campaign this month to make Juneteenth a paid holiday reminds me of the brave step Tagliabue and the owners took back in March 1991 involving the MLK holiday in Arizona. A Super Bowl had been awarded with assurances by local political leaders that Arizona voters would approve a paid MLK holiday for state employees later that year. Arizona and New Hampshire were the only states at the time that did not observe the day as a paid holiday. Despite those assurances, the vote failed in November.

Tagliabue told the NFL owners that the league should get that Super Bowl out of Arizona. The decision to move the game  to Los Angeles was a controversial one. Paul took a great deal of heat from many Arizona residents and others around the country. He was accused of pandering to MLK supporters and playing racial politics. The truth was the exact opposite. Paul shifted the game to get away from the hotly contested political debate that had been swirling around the issue in Arizona for several years. After the league’s unprecedented move, the MLK issue again was placed on the ballot in 1992 and passed with 62 percent of the vote. Thanks in large part to Cardinals owner Michael Bidwill, the league has enjoyed playing three Super Bowls in Arizona since that time.

7. I think the latest moves by Commish Goodell to hire former Super Bowl referee Walt Anderson and longtime coach Perry Fewell to improve on-field officiating make sense.

When I worked in the league office, I often (but not always) publicly defended our referees whom I believe are the best in any sport. However, in 1991, there was one Sunday in November when it seemed like half the games had blown officiating  calls in key spots. When a national reporter called me the following day to see if our office had any comment, I responded in part: “There were several highlights during the 12th weekend but, unfortunately, the officiating was not one of them.”

My quote was carried in media around the country. The head of the referees association wrote Commish Tagliabue wanting my head.  After he received the written complaint, Paul walked down to my office and politely placed the letter on my desk. He quietly said: “Read this. You said it; you handle it.” It was his way of telling me, “Don’t be such a smart ass next time.” I responded in writing to the association, and the matter fortunately blew over.

8. I think there’s a misperception that most retired NFL players are unemployed or unemployable. The opposite is true in my experience. I admit not every player is as successful a businessman as Roger Staubach or John Stallworth but thousands of NFL alumni work in occupations ranging from lawyers to coaches to CEOs to civil servants.

For example, four former players currently are members of the Phoenix Fire Department and have been busy on the front lines fighting the COVID-19 health crisis. The four alumni are Chaz Schilens and Matt Shaughnessy, who played three years together on the Raiders in 2009-11; Roy Lewis, who earned a Super Bowl XLIII ring as a cornerback for the Steelers; and former backup offensive lineman Mark Tucker, a Falcons 1991 draft choice who also spent time with Cardinals.

No, not all former players are wildly successful after their playing days and not all appear in commercials or on network pregame shows on Sunday. However, the vast majority are community-minded guys who have full-time jobs to support their families and, in cases such as the Phoenix FD crew, to protect your family as well.

9. I think I am very proud of the leadership and decision-making several  former NFL colleagues have shown as chief execs guiding other leagues through difficult times these past few months. If Miami University (Ohio) is the Cradle of Football Coaches, then the NFL office is the cradle of pro sports leaders.

• Roger Goodell started his career with us in the NFL public relations department back in the early ‘80s and rose up the ranks through hard work to become commissioner in 2006. He is tough, talented and driven to keep the NFL as America’s favorite sport.

• Don Garber was with the NFL for 16 years before being named MLS commissioner in 1999. Like Roger, Garber has spent his entire business career in professional sports and been extremely successful.

• Steve Phelps was named NASCAR’s president in 2018 after being in charge of that sport’s marketing-sales for a dozen years. He has faced several highly publicized challenges as president, including a changing fan base and the latest incident in Bubba Wallace’s garage. Phelps worked with the NFL under Paul Tagliabue before he left to join NASCAR.

• Lisa Baird is the rookie of the group. She left our office to take over marketing at the US Olympic and Paralympic Committee and was named commissioner of the National Women’s Soccer League last February. Her honeymoon on the job ended 10 days ago when COVID-19 forced one of her teams to withdraw from the league’s opening tourney.

If you young readers want to run a sports league down the road, working in the NFL office as a first step should be your initial goal.

10. I think if I were to get into a different occupation, I would buy into the public self-storage business. Okay, sure, it might not sound as inviting as the football career I had meeting VIPs including the late President Ronald Reagan, Walter Payton and Wellington Mara, but I know there’s money to be made.

When I left the NFL, I brought 110 cartons of files with me. I put 100 boxes into a self-storage unit near my home and took 10 cartons with me into my new agency office. I didn’t look at the 100 cartons for the first year of NFL retirement. The only time I even thought of them was when $270 was deducted each month by the storage facility. When I began going to the unit to remove boxes, I noticed the facility owner sitting in his office watching the Fox Business Channel. He was not exactly killing himself. To paraphrase the late, great Robin Williams: “Maintaining a storage unit often is God’s way of saying you have too much money.”

I finally wised up, started going through the boxes and quickly cleared out of the facility. I tossed a good deal of what at one time seemed like crucial material. I saved only what I thought would be helpful for special occasions like, say, Peter King asking if I would sub for him and write about 50-year old NFL history.

I very much appreciate the invite and, more than ever, appreciate what Peter puts himself through each week to produce the most entertaining, informative and updated weekly column in sports media.

The Seventies rocked.
Then things got even better.
Best is yet to come.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *