« Je manque les caméras, l’odeur des décors, j’ai hâte de revenir »


Publié: 21 juin 2020 02:10:07


covid-19, lockdown, émission de télévision bengali, kolkata Après trois mois, le tournage est en cours pour une émission de télévision bengali à Calcutta. Partha Paul

Écrit par Prosenjit Chatterjee

En mars de cette année, je tournais en Afrique du Sud pour mon film Kakababur Protyaborton. C’était une grande unité, environ 35 à 40 personnes. Vers le 15 mars, alors que les informations sur le coronavirus commençaient à affluer, notre équipe s’est tendue. Dans les 48 heures qui ont suivi, le monde a changé – des vols ont été arrêtés, des blocages ont été imposés, il y avait beaucoup d’incertitude. Nous avons en quelque sorte réussi à rentrer en Inde le 19 mars et toute l’équipe a été mise en quarantaine à domicile pendant 14 jours.

Je suis passé au quatrième étage de ma maison à Kolkata et je n’ai rencontré personne. Ma nourriture m’a été envoyée par ascenseur. Je faisais la vaisselle et toutes les autres tâches par moi-même. Je ne suis pas quelqu’un qui passe beaucoup de temps au téléphone, mais j’ai essayé. Je parlerais à ma famille, mon fils, qui était également revenu de l’étranger, par le biais d’appels vidéo. Parfois, je me sentais très seul, même bouleversé, je n’avais que mon téléphone.

Après 14 jours, quand je suis descendu du quatrième étage de ma maison, j’avais l’impression de rentrer d’exil. À ce moment-là, notre ministre en chef et le premier ministre avaient annoncé le verrouillage, et depuis lors, ce n’est définitivement pas un jour férié, en particulier avec la crise qui continue de se dérouler dans le monde entier.

J’ai commencé à me réveiller tard. Se réveiller tôt et être à la maison rendait les journées trop longues. Pour changer mon cycle de sommeil, après avoir terminé le travail, je regarde maintenant des émissions sur Netflix jusqu’à 4-5 heures du matin. Quand je me réveille tard, la soirée arrive plus tôt. J’ai l’impression que la journée est terminée. Beaucoup de personnes dans mon équipe ressentent la même chose. Ils veulent raccourcir leurs journées.

Parallèlement à la crise de Covid-19, mon État se remet également des ravages causés par le cyclone Amphan. Nous ripostons à tout cela, mais ce n’est pas une situation saine. Même notre état mental n’est pas très sain. Tout le monde essaie de faire de son mieux pour les autres, mais il y a des limites

Après mon tournage en Afrique du Sud, je devais commencer un film avec Shiboprosad Mukherjee et Nandita Das. Et puis, à partir d’avril, je devais travailler sur une série en hindi de Vikramaditya Motwane (directeur de Sacred Games, Udaan). C’était un projet important pour moi, mais nous ne pouvons pas tourner maintenant. Cependant, nous essayons de faire tourner les roues. De mon manager personnel à ma sœur, qui regarde le côté commercial de ma société de production, tout le monde s’est réuni en ces temps difficiles pour rendre la situation «normale». Le temps passé à la maison m’a également fait réaliser ce qui est important. J’ai commencé à me concentrer sur ma santé, à lire des scripts qui traînent depuis longtemps et à discuter d’idées avec mon équipe.

Un jour, j’ai reçu un appel de M. Amitabh Bachchan pour faire partie d’un court métrage «fait à la maison», Family, afin de faire prendre conscience de l’importance de rester à la maison pendant la pandémie de coronavirus. Des acteurs tels que Mohanlal, Rajinikanth en faisaient partie. J’ai accepté de le faire. Je me suis rendu compte que dans de tels moments, les gens ont des attentes envers nous, des célébrités. Pendant le tournage des vidéos de nos maisons, nous avons tous dit combien nous étions reconnaissants d’avoir eu la chance d’agir, de faire partie d’un tournage, même si c’était devant un téléphone portable. Plus tard, dans le cadre d’une idée conceptualisée par notre CM, Mamata Banerjee, j’ai tourné une chanson pour aider à collecter des fonds pour les techniciens débutants de notre industrie cinématographique.

L’industrie du divertissement à travers le monde traverse une période difficile. Les films sont réalisés avec de grandes équipes et ne sont considérés comme réussis que lorsqu’une grande foule les regarde dans les salles. À moins qu’il n’y ait un miracle, personne ne peut dire avec certitude quand cela se produira. Mais oui, nous devons riposter. Au Bengale, la doublure est que le tournage des émissions de télévision a commencé. Les tournages de film, cependant, prendront un certain temps car nous sommes directement liés aux salles de cinéma – des centres commerciaux ont ouvert mais pas des théâtres. Et, même si les salles de cinéma ouvrent leurs portes, de grandes foules se précipiteront-elles pour acheter à nouveau des billets?

Pendant le verrouillage, les plateformes de streaming en ligne et les séries Web ont gagné en popularité. Ils ont beaucoup de potentiel et de nombreuses entreprises internationales viennent maintenant en Inde pour mettre en place des plateformes OTT. Cela a également donné une plate-forme à de nombreux acteurs et techniciens talentueux. Cela dit, le cinéma restera. Il a une magie spéciale qui se déploie sur grand écran. Cela ne peut pas être comparé à regarder du contenu de manière isolée.

Alors que les tournages télévisés reprennent au Bengale, pour la première fois en Inde, il y a eu une garantie d’assurance pour les acteurs et les techniciens. Les discussions sont désormais en cours pour la couverture d’assurance dans les films aussi. Conformément aux instructions de notre ministre en chef, nous pouvons commencer à tirer à tout moment et j’ai hâte de revenir. L’odeur du plateau, de la caméra, de mes co-acteurs, des techniciens, de ma camionnette de maquillage me manque. Depuis 38 ans, je passe tout mon temps avec ces gens, dans ces environs. Je dois leur revenir, à mon public.

L’auteur est un acteur, réalisateur et producteur lauréat d’un prix national du Bengale occidental. Il a fait partie de plus de 300 films.

Comme dit à Amitava Chakraborty

📣 L’Indian Express est maintenant sur Telegram. Cliquez sur ici pour rejoindre notre chaîne (@indianexpress) et restez à jour avec les derniers titres

Pour toutes les dernières News d’opinion, téléchargez Indian Express App.

© The Indian Express (P) Ltd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *