La vie dans la bulle NBA: plus que la pêche, le golf et le service de chambre


À en juger par les comptes des réseaux sociaux, la vie dans la bulle NBA ne semble pas si mauvaise. Sorties de pêche avec des bars apparemment mordants. Cornhole. Le golf. Service de chambre.

Mis à part que ceux à l’intérieur des portes du complexe ESPN Wide World of Sports ont été retirés de la famille, des amis et beaucoup de libre arbitre pour le reste de l’été et, pour certains, bien en automne, cela semble gérable.

Il y a même eu un fort sentiment que pour tous les problèmes de sécurité avant que la NBA ne s’installe, et ceux qui subsistent, que les protocoles de santé et de sécurité pourraient bien fonctionner.

Pourtant, plus d’une semaine après que les Rockets et les autres équipes du troisième groupe qui ont emménagé ont été autorisés à quitter leurs chambres d’hôtel après les périodes de quarantaine, on a également le sentiment que les réactions à la vie de bulles, comme avec les activités elles-mêmes, doivent dans une certaine mesure pour en tirer le meilleur parti.

Tout en essayant de redémarrer une saison au milieu de la pandémie de COVID-19, avec le nombre local de cas et les taux de positivité en hausse, l’attitude dominante semble être que déplacer la NBA vers un campus du centre de la Floride en vaut la peine et le sacrifice.

« Je pense qu’ils sont tellement excités de faire ce qu’ils aiment », a déclaré le directeur général des Rockets, Daryl Morey, qui est dans la bulle. « Cela a été vraiment, vraiment positif. »

Comme pour tout camp d’entraînement, ce n’est pas une façon de choisir de passer du temps. Mais il faut arriver à la compétition qui est vraiment le point. Les Scrimmages commencent cette semaine. Les matchs de «semis» commencent une semaine plus tard.

Aussi inédite que soit cette entreprise, elle présente également des similitudes avec les tournois AAU, les événements internationaux et les camps d’entraînement à l’étranger. Les plus grandes différences apparaîtront à mesure que le séjour Disney se prolongera. Mais d’ici là, avec des jeux tous les deux jours, la concentration pourrait remplacer l’ennui; le basket-ball remplacera le pingpong.

«Je pense que la vie de bulle sera bonne», a déclaré l’entraîneur des Rockets Mike D’Antoni. «Une fois que vous entrez dans une routine, cela passe rapidement. Surtout quand nous commençons à disputer des matchs et à jouer à des matchs, puis aux séries éliminatoires, cela se passera très vite. Donc, je n’y vois aucun problème. « 

Un environnement sécurisé

Il y avait eu une anxiété considérable et des questions légitimes concernant le redémarrage d’une saison NBA non seulement pendant une pandémie, mais dans le voisinage d’un hotspot COVID-19.

La NBA et l’association des joueurs ont négocié suffisamment de détails pour produire un manuel de 113 pages de protocoles de sécurité distribué des semaines avant le premier vol charter en Floride et un blizzard de mémos dans les semaines qui ont suivi.

La NBA et la NBPA ont annoncé que 19 joueurs ont été testés positifs au COVID-19 entre le 1er juillet et les départs des marchés nationaux et que deux joueurs ont été testés positifs pendant la période de quarantaine après leur arrivée. Avec les tests quotidiens, il n’y a eu aucun rapport de personne testée positive après avoir été autorisée à quitter une chambre d’hôtel et à être dans la communauté.

« Si quoi que ce soit, cela semble parfois trop sûr, mais nous comprenons pourquoi personne ne s’en soucie », a déclaré Morey. «Je pense que la NBA et le syndicat des joueurs vont être le modèle du sport professionnel, du moins dans cette crise. Cela est dû en grande partie au partenariat qu’Adam (Silver, le commissaire de la NBA) et le bureau de la ligue et Michele (Roberts, le directeur exécutif de la NBPA) et le syndicat des joueurs ont favorisé. Vous voyez tous les problèmes rencontrés par les autres ligues professionnelles. Cela tient en grande partie au fait qu’ils n’ont pas d’esprit de partenariat.

«Surtout, j’ai un respect incroyable pour ce que la NBA et le syndicat des joueurs ont mis en place ici. C’est vraiment bien pensé. Je pense que nous pouvons être dans l’endroit le plus sûr de la Terre. Peut-être l’Antarctique, mais c’est proche. »

Pour toutes les blagues sur la hotline de astuces de la NBA dans laquelle les joueurs peuvent se signaler les infractions – les opérateurs pourraient être debout la veille du match 7 comme des bénévoles lors d’une campagne de dons PBS – l’idée que les joueurs ont signalé des infractions indique à quel point ils prennent des protocoles. Le centre des Lakers Dwight Howard a déclaré qu’il avait été averti pour ne pas avoir porté de masque à l’extérieur de sa chambre. Le centre des fusées Bruno Caboclo n’a jamais quitté le bâtiment lorsqu’il a été renvoyé à 10 jours de quarantaine pour avoir quitté sa chambre d’hôtel prématurément.

L’état d’esprit a été de faire tout son possible pour s’assurer que personne avec la NBA n’a le coronavirus et d’agir comme si tout le monde le faisait. Même avec des tests quotidiens, des masques sont requis chaque fois que les joueurs ne sont pas sur le terrain d’entraînement, en train de manger ou dans leur propre chambre. On s’attend à plus d’espacement que dans l’alignement de smallball des Rockets.

« Ils ont fait un excellent travail », a déclaré le garde des Rockets Austin Rivers. «Il semble que la NBA continue d’être le leader dans tout. Je suppose que l’UFC a le truc de l’île. Nous avons cette bulle. Maintenant, nous faisons le suivi et avons la bague, le bracelet, tous ces différents mécanismes et gadgets … pour suivre la santé des joueurs, nous assurer que nous sommes en mesure de performer et donner aux fans ce qu’ils veulent, c’est-à-dire le basket-ball mais en toute sécurité .

«C’est vraiment impressionnant. J’ai eu beaucoup de questions à venir dans la bulle. Mais ils ont fait un excellent travail. Les gens de l’extérieur disaient: «les gars vont essayer de faire entrer des filles» ou ceci ou cela. Vous entendez tout cela sur Internet. Il n’ya nulle part où aller, mec. Disney est bien en dehors d’Orlando. Nous sommes comme profondément dedans ici. L’hôtel où nous logeons et où tout le monde séjourne sont ceux qu’ils ont choisis, je pense, pour une raison. Il est très difficile d’entrer ou de sortir sans être vus. »

Même à l’entraînement, tout le monde, sauf les joueurs, porte des masques. D’Antoni a déclaré qu’il porterait un masque pendant l’entraînement. D’Antoni, 69 ans, a déclaré qu’il n’a ressenti aucune appréhension en attendant les résultats de ses tests quotidiens.

« Non, parce que je pense que vous pouvez prendre des mesures responsables, sans vous approcher à moins de six pieds », a-t-il dit. « Quiconque est autour de moi porte des masques. Si nous suivons les directives qui ont été appliquées ces trois derniers mois, nous sommes en bonne forme. Je me sens bien dans ce que je fais personnellement, mais aussi dans ce que fait la NBA, ce que les autres joueurs font eux-mêmes. Ils font très attention.

«Nous voulons avoir la meilleure start-up possible. Il y a toujours un petit risque. Tout le monde le sait. Mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour atténuer cela. Je me sens à l’aise avec ça.

Trouver des façons de s’amuser

Depuis que Michael Jordan a frappé Atlantic City lors d’une série éliminatoire, on n’a pas beaucoup parlé de la mort des joueurs de la NBA.

Jimmy Butler a passé tellement de temps à travailler sur la balle dans une chambre d’hôtel, un voisin a déposé une plainte contre le bruit. J.J. Redick et Meyers Leonard ont montré leur talent pour les bières shotgunning. Les joueurs ont équipé les salles luxueusement avec P.J.Tucker installant une télévision de 85 pouces, Lou Williams installant un studio de musique et Montrezl Harrell, qui a depuis dû quitter le campus pour une urgence familiale, apportant un sauna portable.

Surtout, de nombreux poissons ont été enroulés et présentés dans des publications sur les réseaux sociaux, avec presque toutes les activités pour lutter contre l’ennui et la frustration d’être sur le plus long road trip de l’histoire de la NBA.

«C’était amusant», a déclaré l’attaquant des Rockets Robert Covington à propos d’un voyage de pêche avec son coéquipier Ben McLemore et l’entraîneur adjoint Motoki Fujii. «Des trucs comme ça peuvent créer des liens d’équipe. Quelques gars en ont parlé. Ben et moi avons décidé au lieu d’en parler, allez-y. Nous avions quelques heures à perdre. Étant dans cette pièce, vous pouvez vous asseoir là-haut et devenir un peu fou. Tant que vous vous maintenez, vous restez motivé.

«Je vais souvent faire ça pendant que je suis ici. Il s’agit de garder l’esprit comme si nous ne sommes pas dans cette situation. Si vous vous concentrez uniquement sur cette situation, cela peut vous échapper un peu. Je veux juste continuer à faire des choses qui suscitent mon intérêt, juste rester actif en dehors du basket-ball. « 

Pour tous les discours sur les repas dans la chambre, les Rockets ont pris l’habitude d’avoir des dîners d’équipe amenés de Morton’s, Oceanaire, Saltgrass et Joe’s Crab Shack.

« Nous avons pu dîner dans un restaurant assis ici, mon premier depuis le début de la crise », a déclaré Morey, qui a eu des réunions quotidiennes de deux à quatre heures avec des projets et des agences gratuites, mais pas encore d’activités sur le campus. « C’était génial. Il y a certaines choses, l’absence rend le cœur plus affectueux. »

Morey a déclaré que lui et D’Antoni feraient équipe dans une compétition de cornhole où ils se considéreraient sans aucun doute comme des sonneurs.

Il y aura des sorties de golf. Les joueurs assisteront à des DJ sets. La saison reprendra. Les matchs éliminatoires auront l’importance habituelle. Mais même moins de deux semaines plus tard, il y a un sentiment que tant que ceux dans la bulle restent en bonne santé, l’expérience peut fonctionner – même lorsque les distractions perdent leurs charmes.

«C’est très différent», a déclaré le garde des Rockets Eric Gordon. «Vous ne rentrez pas chez vous avec votre famille et vos amis. Chaque jour maintenant, tout ce que vous pouvez faire est de vous épanouir grâce à vos coéquipiers et à vos équipes. Vous devez vous concentrer sur votre corps et vraiment vous concentrer sur ce que nous devons faire. C’est vraiment à peu près tout. »

jonathan.feigen@chron.com

twitter.com/jonathan_feigen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *