Le 19e amendement réveille les souvenirs – Americus Times-Recorder


Par: Leila Case

À l’approche du 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement à la Constitution des États-Unis qui accordait aux femmes américaines le droit de vote, un droit connu sous le nom de suffrage des femmes qui a mis fin à près d’un siècle de protestation, je me souviens de la première fois que j’ai voté et fait entendre ma voix lors d’une élection générale nationale . Je peux vous dire que j’étais tellement excité.

Bien entendu, le droit de vote des femmes, ainsi que celui de tout citoyen américain, indépendamment de sa race ou de son sexe, était en vigueur depuis des décennies lorsque j’ai atteint 21 ans, alors l’âge légal pour voter en Géorgie. Aujourd’hui, il a 18 ans en Géorgie et ce depuis des années. Je suppose que les législateurs ont décidé que si vous étiez assez vieux pour détenir un permis de conduire et acheter des boissons alcoolisées, il était acceptable de vous inscrire pour voter.

Mon premier voyage aux urnes s’est déroulé à Athènes, en Géorgie, où nous vivions à l’époque. J’ai voté au palais de justice du comté de Clarke. Aujourd’hui, les bureaux de vote sont situés partout dans ce comté, comme ici dans le comté de Sumter. À cette époque, nous avons voté sur des bulletins de vote papier, une pratique répandue dans tout l’État. Les bulletins de vote étaient volumineux et peu maniables, de la taille d’une page de journal. Non seulement les candidats aux fonctions figuraient sur la liste, mais il y avait aussi de nombreux amendements importants.

Heureusement, les machines à voter sont utilisées aujourd’hui, ce qui est une méthode beaucoup plus efficace pour arriver à un décompte précis des votes.

Après s’être connecté, l’agent du scrutin a vérifié mon nom par rapport à la liste des électeurs inscrits, puis m’a remis le bulletin de vote gigantesque, mais où dans le royaume pourrais-je m’asseoir pour marquer le scrutin? J’ai donc regardé autour de moi et j’ai remarqué des électeurs assis sur des bancs en bois avec leur bulletin de vote accroché aux trois quarts environ au-dessus du banc. Tellement maladroit.

Après avoir finalement voté pour les prétendants politiques et parcouru tous les amendements, je me suis senti assez fier de moi.

Plusieurs années plus tard, j’ai décidé que je voulais travailler aux urnes lors des prochaines élections générales. Grosse erreur.

C’était en 1968. L’année où le républicain Richard Nixon battait le démocrate Hubert Humphrey. L’ancien gouverneur de l’Alabama, George Wallace, était également sur le bulletin de vote en tant que candidat du Parti américain indépendant. Et le comté de Clarke utilisait toujours des bulletins de vote papier.

Je me souviens de m’être enregistré au commissariat vers 6 heures du matin, sans aucune idée que j’y serais 24 heures complètes. Du moment où les bureaux de vote ont ouvert à 7 heures du matin jusqu’à leur fermeture à 19 heures. il y avait de longues files d’attente de citoyens pour voter tout au long de la journée. Je ne m’ennuyais certainement pas. Peu de temps après la clôture du scrutin, nous avons eu une courte pause avant le début du dépouillement qui s’est poursuivi jusqu’aux petites heures du lendemain matin.

Avec trois candidats à la présidentielle et une myriade d’amendements, la tâche était laborieuse. Nous avons soigneusement compté chaque bulletin de vote puis les avons placés en piles ordonnées, mais la table était si étroite qu’il n’y avait de place que pour placer les bulletins de vote Nixon et Humphrey que les bulletins de Wallace sont allés sur le sol.

Enfin, une fois que tous les bulletins de vote ont été comptabilisés et que les chiffres ont été comptés, nous avons été autorisés à quitter le bureau de vote. Alléluia. Je suis arrivé à la maison à temps pour prendre le petit déjeuner avec ma famille, puis je suis allé me ​​coucher et j’ai dormi jusqu’à midi lorsque mon mari m’a réveillé pour dire que Nixon avait remporté l’élection. Au moment des élections générales de 1972, le comté de Clarke avait des machines à voter, mais je ne voulais certainement plus travailler aux urnes.

C’est une autre année électorale générale. Le candidat sortant du président Donald J.Trump (à droite) fait face à l’ancien vice-président Joe Biden, candidat au ticket du Parti démocrate. Je prédis un autre grand taux de participation aux urnes.

Si vous n’êtes pas inscrit pour voter en Géorgie aux élections générales du 3 novembre, veuillez le faire avant le 5 octobre. Faites entendre votre voix haut et fort.

Pendant ce temps, j’ai terminé la deuxième semaine de «travail» au SW Georgia Fitness Center. Une autre sensation de plaisir comme punch. Viens me rejoindre.

Ailleurs, j’ai aimé voir des amis que je n’ai pas vus depuis cinq ou six mois même si nous devons communiquer à travers un masque facial. Certains incluent Alice Argo et sa fille, Christine Argo d’Atlanta, l’ancienne résidente Lisa Bliss McMichael de Dublin, Warren Alford, Trina et Ed Shattles, Jerryl Pinell Sr., Carla Sullivan de Destin, Floride, Beth Nesmith, Dallas Nesmith, Ellen et Bill Hansford et sa fille, Quinn Hansford, Terri Joiner et sa fille Sydney Joiner, John et Gaye Hayes, Ricky et Jane Arnold, Beth Ragan, Lee et Faith Pinell, Kyle Crew de Birmingham, Everett Byrd, Carson et Marylyn Walker et la liste est longue.

En attendant, restez en bonne santé et prenez soin de vous. Masquez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *