Le bon conflit de Sarah Schulman


Sarah Schulman est une dramaturge, un auteur et un activiste queer. Elle est également professeur d’écriture créative et une fois, il y a quelques années, elle a appris qu’un étudiant diplômé de sexe masculin tenait un blog où il écrivait à propos de son béguin pour elle. Il a écrit qu’il était amoureux d’elle; il a écrit qu’il voulait la baiser; il a écrit sur son apparence d’une manière qui la faisait se sentir mal. Elle a raconté à ses collègues ce qui se passait et leur réponse a été unanime: il la «traquait». Ils ont conseillé à Schulman de le signaler à un superviseur.

Elle a réfléchi à cela. Elle était mal à l’aise avec ce qui se passait et elle voulait que ça s’arrête. Mais elle était également mal à l’aise avec les conseils de ses collègues. «J’ai réalisé que plus je me considérais comme victime de cette personne, plus j’avais de soutien de mes collègues», m’a dit Schulman. «Ils m’enveloppaient dans le confort de leur protection. Et j’ai trouvé cela très dérangeant. Parce que personne ne m’a dit: « Pourquoi ne lui demandez-vous pas ce qu’il pense qu’il se passe? » « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *