Le Conseil des droits de l’homme tient un panel sur la garantie des droits des enfants dans un environnement sain et conclut sa réunion annuelle d’une journée sur les droits de l’enfant – World


Poursuit le dialogue interactif sur le rapport annuel de la Haut-Commissaire et sa mise à jour orale sur les implications pour les droits de l’homme de la pandémie de COVID-19

Le Conseil des droits de l’homme a conclu cet après-midi sa réunion annuelle d’une journée sur les droits de l’enfant par une table ronde intitulée «Garantir les droits des enfants dans un environnement sain: un appel à l’action». Il a également poursuivi son dialogue interactif sur le rapport annuel de la Haut-Commissaire aux droits de l’homme et sa mise à jour orale sur la pandémie de COVID-19.

Le modérateur du panel, Ricardo González Arenas, représentant permanent de l’Uruguay auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, a ouvert le panel en notant que les enfants étaient particulièrement vulnérables face au changement climatique et aux dommages environnementaux. Si le monde écoute les enfants, il verra que les décisions des hommes politiques ne correspondent souvent pas à leurs souhaits, en particulier en ce qui concerne l’environnement.

David R. Boyd, Rapporteur spécial sur les droits de l’homme et l’environnement, s’exprimant par message vidéo, a noté que les gouvernements avaient ignoré les avertissements concernant les coronavirus et la destruction de l’environnement pendant des décennies, permettant aux maladies de se propager des animaux aux humains. M. Boyd a déclaré qu’il avait rencontré des enfants et des jeunes du monde entier, notant qu’ils étaient des acteurs clés sur cette question.

Sanjay Wijesekera, Directrice des programmes au Fonds des Nations Unies pour l’enfance, s’exprimant par message vidéo, a déclaré qu’il s’agissait là d’une question déterminante de notre époque, soulignant en particulier le rôle des enfants en tant qu’agents de changement dans le débat d’aujourd’hui. Les jeunes ont continué de gagner de l’espace et des opportunités pour présenter leur action climatique, appelant à un engagement accru des États.

Carmen Juliana, une enfant défenseure des droits humains de l’environnement de Colombie, s’exprimant par message vidéo, a déclaré qu’elle avait 15 ans et qu’elle était élève du secondaire au cœur du sud-ouest d’Antioquia, en Colombie. Elle participait à cette réunion pour exiger le respect des droits environnementaux des enfants et des jeunes d’Amérique latine, qui historiquement avaient été ignorés et violés.

Au cours de la discussion qui a suivi, les intervenants ont déclaré que les enfants du monde entier faisaient preuve de leadership sur les questions environnementales et exigeaient que leur voix soit entendue. Ces voix et ce leadership devraient être célébrés; la crise écologique et climatique actuelle a enfin atteint le niveau d’attention et de prise de conscience qu’elle méritait.

Au cours du débat interactif, l’Union européenne, l’Islande au nom d’un groupe de pays, Monaco, Fidji (message vidéo), la Sierra Leone, le Japon, la Colombie, l’Iran, le Panama, Cuba, l’Allemagne, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, Afrique du Sud, Irak, Maroc, Macédoine du Nord, Népal, Slovénie, Programme des Nations Unies pour l’environnement – Bureau régional pour l’Europe, Myanmar, Biélorussie, Pologne, Kenya, Indonésie et Géorgie.

Les organisations de la société civile suivantes ont également pris la parole: Fédération internationale Terre des Hommes, Conselho Indigenista Missionário CIMI (message vidéo), Associazione Comunita Papa Giovanni XXIII, Programme Santé et environnement, Institut mondial de l’eau, de l’environnement et de la santé et Earthjustice.

La première partie de la réunion d’une journée sur les droits de l’enfant a eu lieu le matin avec une table ronde sur la mise en place d’un environnement sain en tant que préoccupation relative aux droits de l’enfant. Un résumé peut être trouvé ici.

Le Conseil a ensuite poursuivi son dialogue interactif sur le rapport annuel du Haut Commissaire aux droits de l’homme. Le dialogue entamé lors des réunions précédentes et des résumés peuvent être trouvés ici et ici.

Les orateurs ont remercié le Haut Commissaire pour le rapport, réitérant que la pandémie de COVID-19 représentait un défi important pour chaque État et touchait de manière disproportionnée les populations vulnérables telles que les femmes et les filles, les personnes handicapées, les peuples autochtones et les personnes d’ascendance africaine. Il s’agit de la plus grande crise à laquelle l’humanité a été confrontée et les intervenants ont exhorté les États à mettre de côté leurs différences dans les efforts mondiaux de lutte contre le virus et ses effets.

Afrique du Sud, l’Italie, la Biélorussie, le Mexique, la Mauritanie, le Bangladesh, la Jordanie, le Luxembourg, l’Ukraine, l’Indonésie, le Cameroun, la République démocratique populaire lao, le Botswana, le Maroc, la Colombie, le Costa Rica, la République tchèque, le Salvador, Malte ont pris la parole lors du dialogue interactif. , Bahreïn, Cambodge, Irak, Pays-Bas, Grèce, Mozambique, Irlande, Turquie, Azerbaïdjan, Soudan, Égypte, Burundi, Viet Nam, Maldives, Panama (message vidéo), Macédoine du Nord, Iran, Népal, Suisse, Nigéria, Honduras (vidéo message), Islande, République de Corée, Slovénie, Tanzanie, Kirghizistan, Émirats arabes unis, Myanmar, Serbie et Arménie.

Le Conseil se réunira ensuite le jeudi 2 juillet à 10 heures pour poursuivre le dialogue interactif sur le rapport annuel du Haut Commissaire. Elle entendra ensuite l’introduction de rapports sur le Nicaragua, le Venezuela et l’Ukraine au titre du point de l’ordre du jour du rapport annuel du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et des rapports du Haut-Commissariat et du Secrétaire général.

Réunion annuelle d’une journée sur les droits de l’enfant

Table ronde sur la garantie des droits des enfants dans un environnement sain: un appel à l’action

Déclarations du Modérateur et des Panélistes

RICARDO GONZÁLEZ ARENAS, Représentant permanent de l’Uruguay auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et modérateur du panel, a noté que les enfants étaient particulièrement vulnérables face au changement climatique et aux dommages environnementaux, qui affectaient particulièrement leurs droits humains. Mais les enfants représentaient également l’avenir. Si le monde écoute les enfants, ils verront que les décisions des hommes politiques ne correspondent souvent pas à leurs souhaits, en particulier en ce qui concerne l’environnement. Partout dans le monde, les enfants deviennent des défenseurs importants des droits liés à l’environnement, exerçant leur droit de participer à un débat particulièrement pertinent pour leur avenir. Écouter la voix des enfants et les autonomiser fait partie intégrante de l’engagement des États en faveur des droits de l’homme. C’est pourquoi les panélistes étaient ravis que des défenseurs des enfants se joignent à eux dans ce débat annuel. M. González Arenas a encouragé l’échange de bonnes pratiques et le renforcement de la coopération et de l’assistance technique visant à aider les États à s’acquitter de leurs obligations et engagements dans ce domaine.

DAVID R. BOYD, Rapporteur spécial sur les droits de l’homme et l’environnement, s’exprimant par message vidéo, a déclaré que les humains ne traitaient pas la terre avec le respect qu’elle méritait. Des centaines de millions d’enfants ont manqué l’école, manqué de jouer avec leurs amis et manqué la nature. Les gouvernements ont ignoré les avertissements concernant les coronavirus et la destruction de l’environnement depuis des décennies, permettant aux maladies de se propager des animaux aux humains. Les États ont également ignoré les avertissements des scientifiques concernant la gravité de la crise climatique mondiale. Les jeunes ont été des acteurs clés sur cette question, et M. Boyd a déclaré avoir rencontré des enfants et des jeunes du monde entier, soulignant que tous les jeunes aimaient cette planète et la nature, tout en craignant également l’avenir. Ils ont exigé une action climatique pendant les marches de l’année dernière et pour que les gouvernements prennent des mesures, écoutent les climatologues et répondent à leurs appels. Le monde doit répondre aux appels à l’action des enfants et le Conseil doit adopter une résolution reconnaissant que chacun, en particulier les enfants, a droit à un environnement sûr et propre. Les États devaient intensifier leurs efforts pour remplacer les combustibles fossiles par des énergies renouvelables, prévenir la pollution en s’orientant vers une économie circulaire.

SANJAY WIJESEKERA, Directeur des programmes au Fonds des Nations Unies pour l’enfance, s’exprimant par message vidéo, a souligné que des millions d’enfants souffraient de maladies et de dommages dus aux effets de l’environnement. C’était une question déterminante de notre temps. Dans le débat d’aujourd’hui, le rôle des enfants en tant qu’agents de changement a été particulièrement souligné, les jeunes continuant de gagner de la place et des occasions de présenter leur action climatique, appelant à un engagement accru des États. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a fourni aux enfants des compétences et des informations sur cette question, a fait entendre leur voix dans le discours mondial sur le climat et les a inclus dans les négociations sur le climat dans des plateformes telles que la Conférence des Parties. La façon dont le monde a réagi à la crise du COVID-19 pourrait être l’occasion de réinventer un avenir plus vert et plus durable. M. Wijesekera a appelé tous les États à entendre les enfants et à respecter leur responsabilité d’assurer un environnement sûr, propre, sain et durable pour cette génération et pour les générations à venir – c’était une nécessité pour une vie digne sur terre pour tous.

Dans un message vidéo, CARMEN JULIANA, défenseure des droits humains de l’enfant en Colombie, a déclaré qu’elle avait 15 ans et qu’elle était élève du secondaire au cœur du sud-ouest d’Antioquia, en Colombie. Elle participait à cette réunion pour exiger le respect des droits environnementaux des enfants et des jeunes d’Amérique latine, qui historiquement avaient été ignorés et violés. Cette situation était encore plus aiguë dans la crise environnementale actuelle, qui était le résultat de mauvaises décisions de dirigeants mondiaux qui, à maintes reprises, avaient privilégié une idée prédatrice de la nature sur les moyens de subsistance des peuples d’Amérique latine. Les conflits environnementaux dans sa région ont été générés principalement par les projets d’extraction minière, énergétique et agro-industrielle, qui ont affecté les traditions des paysans, les cultures autochtones et leurs plans d’eau. S’adressant aux dirigeants du monde, elle a déclaré qu’elle souhaitait que cet espace aille au-delà des déclarations formelles et que les pays s’engagent dans la campagne internationale pour les droits environnementaux des enfants, des jeunes et des adolescents du monde entier.

Discussion

Les orateurs ont déclaré que les enfants du monde entier faisaient preuve de leadership sur les questions environnementales et exigeaient que leur voix soit entendue. Ces voix et ce leadership devraient être célébrés; la crise écologique et climatique actuelle a enfin atteint le niveau d’attention et de prise de conscience qu’elle méritait. Décrivant les mesures prises dans leur pays pour assurer une participation significative des enfants aux décisions relatives au changement climatique, notamment celles qui affectent directement leur avenir, les intervenants ont reconnu qu’il fallait faire plus. La colère des jeunes augmente et doit être combattue. Plusieurs orateurs ont demandé aux intervenants de fournir des conseils sur les meilleures façons d’impliquer les enfants dans la prise de décision. Ils ont noté que le Rapporteur spécial avait spécifiquement consulté les enfants et souligné l’effet aggravant de la pandémie de COVID-19 sur les conséquences néfastes de la dégradation de l’environnement. Appelant à des politiques et des mesures ciblées, certains intervenants ont appuyé la reconnaissance officielle du droit à un environnement sûr, propre, sain et durable. La dégradation de l’environnement a eu un effet transversal sur les droits des enfants, ont déclaré plusieurs intervenants, certains appelant à une plus grande attention à l’impact intersectionnel de cette dégradation sur les enfants vulnérables.

Les orateurs ont recherché les meilleures pratiques, par exemple dans les politiques d’assainissement et d’hygiène, où les voix des enfants étaient incluses. Plus précisément, le droit des enfants à l’éducation à la lumière de la pandémie de COVID-19 a posé des défis importants. Les orateurs se sont également félicités des travaux de divers organismes des Nations Unies concernant les droits de l’enfant et l’environnement, notant que de nouvelles directives normatives internationales sur les droits de l’enfant étaient nécessaires, afin de les protéger en matière d’environnement. Les droits des enfants sont une priorité élevée pour le Programme des Nations Unies pour l’environnement, par exemple, car le droit des enfants à un environnement sain a été promu grâce à diverses mesures, en étroite collaboration avec les enfants et les États. Les orateurs ont noté que la collaboration avec les organismes des Nations Unies sur les politiques qui faisaient avancer l’Initiative des villes amies des enfants était particulièrement productive. Dans le même temps, les orateurs ont noté que les initiatives régionales existantes et nouvelles devraient être soutenues, en cherchant plus d’informations auprès du groupe en ce qui concerne les solutions régionales potentielles. Certains intervenants ont souhaité que les recommandations du Haut Commissaire soient mises en œuvre par les États et ont appelé le Conseil à élaborer un programme médiatique pour promouvoir un environnement sûr pour les enfants. Il appartenait au Conseil de nommer un rapporteur spécial sur les droits de l’homme des enfants et le changement climatique.

Remarques finales

RICARDO GONZALEZ ARENAS, Représentant permanent de l’Uruguay auprès de l’Office des Nations Unies à Genève et modérateur du panel, a dit qu’il était clair qu’il y avait un grand accord sur deux choses: la dégradation de l’environnement avait un impact important sur la jouissance par les enfants de leurs droits; et il est important d’impliquer les enfants dans les processus de prise de décision. Il est important, dans ce contexte, d’examiner quel pourrait être le rôle du Conseil des droits de l’homme.
DAVID R. BOYD, Rapporteur spécial sur les droits de l’homme et l’environnement, a déclaré qu’il avait été frappé d’apprendre qu’il y avait 1,7 million de décès prématurés chaque année qui auraient pu être évités car ils étaient dus à la dégradation de l’environnement. Face à la pandémie, il était extrêmement important que la reprise soit propre, verte et saine. Afin d’éviter d’autres pandémies, le monde a dû arrêter la déforestation et stopper la dégradation de l’environnement.

HENRIETTE AHRENS, Directrice adjointe des programmes au Fonds des Nations Unies pour l’enfance, a déclaré que la crise climatique et environnementale était une crise pour l’enfant. Les enfants en situation de pauvreté, les enfants autochtones, les enfants handicapés et les autres enfants vulnérables étaient confrontés à des risques croisés. Ils avaient le droit de s’exprimer et les adultes avaient l’obligation d’écouter et d’agir en conséquence. Les adultes n’avaient pas le droit d’imposer des pratiques destructrices aux enfants – c’était aussi leur monde.

CARMEN JULIANA, défenseur colombien des droits humains des enfants, s’exprimant par vidéoconférence, a déclaré que des militaires avaient récemment violé une jeune fille. Certains pourraient se demander ce que cela a à voir avec les droits environnementaux des enfants. Les corps des enfants ont été leurs premiers territoires et, par conséquent, en tant que défenseuse des droits de l’homme en Amérique latine, elle a rejeté ces agressions. Les fleuves et la biodiversité étant menacés, le monde doit gérer les effets du changement climatique. Les dirigeants mondiaux doivent réaliser que s’ils continuaient à détruire la nature, alors le monde n’aurait pas d’avenir.

Dialogue interactif sur le rapport annuel de la Haut-Commissaire aux droits de l’homme et sa mise à jour orale sur les implications pour les droits de l’homme de la pandémie de COVID-19

Remerciant le Haut Commissaire pour le rapport, les orateurs ont réaffirmé que la pandémie de COVID-19 représentait un défi important pour chaque État, tout en affectant de manière disproportionnée les populations vulnérables telles que les personnes âgées, les femmes et les filles, les personnes handicapées, les peuples autochtones et les populations. d’origine africaine. La pandémie a également eu des effets négatifs importants sur la vie des migrants, des demandeurs d’asile, des réfugiés et des personnes déplacées. Il s’agit de la plus grande crise à laquelle l’humanité a été confrontée et les intervenants ont exhorté les États à mettre de côté leurs différences dans les efforts mondiaux de lutte contre le coronavirus et ses effets, allant au-delà de la rhétorique de plus en plus nationaliste à travers le monde. Ce défi a été rendu encore plus difficile à surmonter lors de l’examen de la manière dont il a recoupé le changement climatique, ce qui a rendu les petits États insulaires particulièrement vulnérables. Le pilier de la prévention doit être renforcé et doit guider les mécanismes des droits de l’homme, car les intervenants espèrent que le Conseil reconnaîtra les droits des travailleurs de première ligne dans la réponse COVID-19, garantissant que l’équipement de protection individuelle est facilement accessible. D’autres orateurs ont noté que certains États avaient utilisé la pandémie de COVID-19 comme prétexte pour resserrer leur emprise sur la société civile et limiter la liberté d’expression.
Les orateurs ont souligné que la Haut-Commissaire et son Haut Commissariat devaient s’appuyer sur des sources fiables et résister aux mesures coercitives unilatérales et à la politisation du travail en faveur des droits de l’homme pour éviter de s’immiscer dans les affaires intérieures des États. D’autres orateurs ont noté qu’en dépit de l’inadéquation entre le mandat croissant et le manque de ressources, et compte tenu de la pandémie de COVID-19, la Haut-Commissaire et son personnel s’acquittaient admirablement de leurs fonctions et ont souligné que l’indépendance du Haut-Commissariat était primordiale. Le multilatéralisme et une Organisation des Nations Unies forte et dotée de ressources suffisantes, y compris un pilier des droits de l’homme efficace, ont été essentiels au succès de la réponse mondiale COVID-19. Le retour au statu quo antérieur à COVID-19 n’était pas une option, ont déclaré les orateurs, appelant à un cessez-le-feu mondial et ont souligné les situations des droits de l’homme au Myanmar, en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, en Inde, au Pakistan, en Fédération de Russie, au Kosovo, au Nicaragua et au Salvador. , Égypte, Venezuela, Chine, Yémen, Syrie, Libye, Afghanistan, Soudan du Sud, Mali, Bangladesh, Brésil, Cambodge, Cuba, Iraq, Nicaragua et Tanzanie. Les problèmes mondiaux du terrorisme, du commerce des armes ainsi que de la discrimination raciale et de la brutalité policière ont également été considérés comme des défis importants.

Pour l’utilisation des supports d’information; pas un record officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *