Les jardins communautaires prennent racine dans les écoles et les cours arrière du quartier de Regina


Bleuets dans les arrière-cours, bette à carde sur le terrain de l’école, tentaculaires plants de haricots et de courgettes flanquant le centre communautaire – pour les jardiniers du quartier North Central de Regina, c’est la saison des récoltes.

La North Central Community Association a élargi son programme de jardinage cette année avec le projet Branch Out, en plantant des fruits et des légumes dans les écoles et dans les jardins des résidents pour compléter les boîtes de jardin existantes de l’association au centre mâmawêyatitân, à l’école de Kitchener et à l’église Oasis.

La coordinatrice du jardin communautaire Maegan Krajewski a déclaré que les efforts de cet été ne sont que le début d’un plan d’agriculture urbaine élargi pour le quartier.

«Nous avons réussi à construire de nouveaux jardins communautaires à l’école communautaire Seven Stones et dans trois cours», a-t-elle déclaré. « Ce n’était que la première phase, et nous réfléchissons déjà à ce qui va suivre. Nous avons quelques écoles intéressées, et quelques autres arrière-cours. »

L’objectif de Krajewski est de construire dix nouveaux jardins dans le quartier avant la fin de 2020.

Les bénévoles Desiree Dieno, Nadine Smith et Carson Dieno sont assises dans le jardin de l’école communautaire Seven Stones. (Soumis par Maegan Krajewski)

Desiree Dieno, une résidente du centre-nord, et sa famille s’occupent de l’un des trois jardins d’arrière-cour construits par Branch Out cette année.

Elle a dit que cela lui avait permis de redonner à son quartier et d’enseigner à son fils d’où venait la nourriture.

«Si vous avez déjà pensé à faire du jardinage communautaire, faites-le – c’est tellement génial», dit-elle. « Il y a tellement d’avantages pour vous-même et pour vos voisins. Tout le monde se contente de se lancer et de se rassembler pour faire le désherbage et l’arrosage et cueillir les légumes. »

Krajewski a déclaré que les jardins d’arrière-cour sont un scénario gagnant / gagnant, où les jardiniers conservent la moitié des produits qu’ils cultivent et donnent le reste.

«Le résident est responsable de l’arrosage et de l’entretien du jardin quotidiennement, mais je suis là pour venir aider et rassembler des bénévoles si nous avons besoin de faire de grands projets», a déclaré Krajewski. «L’idée est de partager la récolte – pour que les résidents aient accès à tous les produits frais qui poussent dans leur arrière-cour, mais une partie de cela ira également à la communauté.

Maegan Krajewski, coordinatrice du jardin communautaire du Centre-Nord, se tient dans le jardin communautaire de l’Oasis après que 13 bénévoles ont répandu du paillis entre les lits. (Soumis par Maegan Krajewski)

Dieno, qui fait la boîte de jardin communautaire au-dessus de son jardin régulier, prévoit de distribuer plus de la moitié de sa récolte aux stands de récolte de l’association communautaire.

«Il y a pas mal de familles à faible revenu dans notre quartier, donc les jardins communautaires sont super parce qu’ils aident à nourrir tant de gens», dit-elle. «Nous sommes tout simplement très passionnés par le fait d’aider les gens et nous adorons le jardinage.»

Depuis 2008, les jardins communautaires ont contribué à apporter des aliments frais et sains dans le quartier de près de 10 000 habitants, qui n’a pas d’épicerie locale.

« Les espaces de jardin que nous avons actuellement ne sont pas entourés de serrures ou de clôtures. Notre devise a toujours été » aidez-vous «  », a déclaré Krajewski. « La nourriture est là pour la communauté et chacun a le droit d’y accéder. »

Krajewski, qui a été la coordinatrice du programme au cours des quatre derniers étés, a déclaré qu’elle considérait le jardinage urbain comme « la création d’un espace qui est à la fois un site de révolution et un site de fête ».

«Nous récupérons les espaces urbains, reprenons le contrôle de la production alimentaire et faisons cela dans notre communauté, ce qui, je pense, est vraiment puissant», a-t-elle déclaré. «En même temps, cet espace est aussi un lieu de fête, car il y a tellement de joie à cultiver de la nourriture et à en faire quelque chose de délicieux. Les fruits de notre travail sont littéralement des fruits et des légumes que nous pouvons nous asseoir et manger et prendre plaisir. »

Les jardiniers planifient déjà l’avenir.

«Nous avons dit à quel point ce serait cool de laisser les enfants, les parents et la communauté cultiver leur propre nourriture pour le programme de repas scolaires», a déclaré Dieno. « C’est un rêve énorme, énorme que nous avons, mais nous devons commencer quelque part. »

Au fur et à mesure que le programme Branch Out se développe, Krajewski espère voir de nouvelles parcelles de jardin et de nouvelles boîtes surgir dans tout le quartier.

«Mon rêve à long terme est d’établir une nouvelle norme concernant l’agriculture urbaine et la provenance de nos aliments», a-t-elle déclaré. «Je pense que tous les résidents de notre ville qui aimeraient utiliser leurs terres pour la production alimentaire urbaine et contribuer à la communauté de cette manière devraient pouvoir le faire. Quiconque veut un jardin devrait pouvoir en avoir un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *