Pourquoi nous devrions offrir des repas scolaires gratuits à tous les élèves


Il est temps que tous les enfants reçoivent des repas scolaires gratuits.

Les repas scolaires ne sont pas considérés comme une pierre angulaire de l’éducation, mais plutôt comme un autre engagement financier qui doit être respecté. Cependant, fournir de la nourriture aux enfants à l’école pourrait être un outil puissant pour aider nos jeunes à mieux apprendre et à mener une vie plus saine.

Il y a une crise de santé publique chez les enfants au Royaume-Uni. En tant que société, nous devons intervenir et fournir à tous les enfants des repas sains et gratuits à l’école, et montrer à nos jeunes comment développer des habitudes alimentaires saines.

Cette semaine, un rapport commandé par le gouvernement par The National Food Strategy a déclaré que les habitudes alimentaires des enfants au Royaume-Uni étaient un «désastre au ralenti» et a mis en garde contre un «lien toxique entre une mauvaise alimentation et les inégalités».

De tels avertissements ne sont pas nouveaux. Souvent, les bulletins d’information se concentrent sur la proportion d’enfants qui passent chaque jour sans repas convenables. Une étude de l’University College London a révélé que de nombreux enfants survivaient avec un peu plus de 2 £ par jour pour la nourriture. Pendant ce temps, en 2017, l’Université de Liverpool a constaté que les jeunes voyaient jusqu’à 12 publicités par heure pour de la malbouffe, pendant les programmes télévisés familiaux aux heures de grande écoute.

Repas scolaires gratuits pour tous les élèves

Au cœur de toutes ces statistiques se trouve un thème récurrent: l’alimentation de nos enfants est interrompue. Alors, que pouvons-nous faire pour les résoudre?

Face à cette crise de santé publique chez les jeunes, les écoles devraient intervenir. Nous devons adopter une approche beaucoup plus interventionniste de l’alimentation des enfants et offrir à tous des repas scolaires sains et gratuits. La récompense de cette approche est une population en meilleure santé, plus heureuse, avec des habitudes alimentaires positives.

Mais il y a, bien sûr, des obstacles.

Depuis la création des écoles elles-mêmes, les repas scolaires sont une question litigieuse. C’était aussi loin que les années 40, lorsque la législation a été introduite pour la première fois pour obliger les conseils locaux à fournir des repas gratuits à tous les écoliers. Cependant, cela a été rapidement jugé trop coûteux.

Depuis lors, les gouvernements successifs ont de plus en plus cherché à réduire le budget des repas scolaires, souvent en réduisant l’admissibilité. Par exemple, en 1971, la secrétaire à l’éducation, Margaret Thatcher (qui allait devenir Premier ministre), a été surnommée le «voleur de lait» pour avoir annulé la fourniture de lait gratuit dans les écoles britanniques comme mesure de réduction des coûts.

Actuellement, tous les enfants de la réception, de la première et de la deuxième année ont droit à des repas scolaires gratuits en Angleterre et en Écosse. À partir de la troisième année, l’éligibilité à la gratuité des repas scolaires est soumise à des conditions de ressources et dépend en grande partie de la perception par les parents des prestations de l’État.

La privatisation des repas scolaires a également suscité de nombreuses critiques. Il a été affirmé que les traiteurs privés sont enclins à réduire la qualité et la valeur nutritionnelle des aliments qu’ils fournissent, à réduire les coûts et à maximiser les profits. Et il est à craindre que, à mesure que le niveau des repas scolaires baisse, l’attrait de la malbouffe facilement accessible pour les jeunes se renforce.

Une alimentation saine aide les élèves à apprendre

Il a été prouvé qu’il existe un lien direct entre ce que les enfants mangent et leurs performances à l’école. En 2015, une étude de l’Université de Cardiff a suivi les habitudes alimentaires des enfants et évaluations des enseignants sur 18 mois. Il a montré que les enfants consommant des aliments plus sains au petit-déjeuner étaient deux fois plus susceptibles d’avoir des résultats supérieurs à la moyenne à l’école.

Ces résultats sont mis dans un contexte difficile lorsque vous considérez un rapport de l’UNICEF de 2017 qui a révélé que près d’un cinquième des enfants de moins de 15 ans au Royaume-Uni vivaient avec des adultes qui avaient du mal à payer pour la nourriture.

En plus de considérer les repas scolaires comme un outil de lutte contre l’insécurité alimentaire, certains pays les considèrent comme un élément clé de leur programme. En Finlande, par exemple, les repas scolaires sont considérés comme un investissement dans l’avenir des enfants: améliorer leur santé et leur bien-être. Le système éducatif finlandais considère les repas scolaires comme un outil pédagogique grâce auquel les enfants apprennent à se nourrir, à manger sainement et à maintenir des habitudes socialement positives en mangeant avec les autres.

On pourrait soutenir que la fourniture de repas scolaires ne doit pas se limiter à l’heure du déjeuner. Des organisations telles que Magic Breakfast fournissent aux écoles de la nourriture pour aider les enfants à commencer leur journée de manière nutritive. Et ceci est important: une étude récente de l’Université de Leeds a révélé que les enfants qui prennent rarement le petit-déjeuner réussissent moins bien que leurs camarades de classe dans leurs GCSE. Ce type d’inégalité alimentaire renforce les inégalités réelles et empêche les enfants de tirer le meilleur parti de leur éducation.

Et, pendant que nous y sommes, ne serait-il pas une bonne idée que les écoles offrent aux enfants une collation saine à la fin de la journée? De cette façon, nous éviterions de renvoyer les enfants affamés à la maison à 15 h 30, afin qu’ils finissent par remettre l’argent de leurs parents pour acheter des chips, des bonbons et des boissons gazeuses.

La principale pierre d’achoppement

La principale pierre d’achoppement à l’introduction de repas scolaires gratuits pour tous est évidemment le coût. L’Institute for Fiscal Studies a estimé que la fourniture de repas scolaires gratuits à tous les écoliers du Royaume-Uni coûterait jusqu’à 950 millions de livres par an. C’est un chiffre considérable à court terme, mais il doit être vu dans le contexte d’énormes avantages à long terme.

L’IFS a constaté que, lors d’un projet pilote de 2012 de repas scolaires gratuits pour tous dans le Nord-Est, les enfants concernés ont fait environ deux mois de progrès supplémentaires sur une période de deux ans, par rapport aux enfants de régions similaires au Royaume-Uni.

Et l’amélioration de la santé des enfants grâce à une meilleure alimentation permettrait d’économiser davantage sur toute la ligne. En 2015, Public Health England a estimé qu’une mauvaise alimentation coûtait 11 milliards de livres sterling au NHS par an. Une population en bonne santé se traduit par une économie plus saine, car les gens prennent moins de jours de congé en raison d’une maladie causée ou aggravée par une mauvaise alimentation.

La fourniture de repas scolaires gratuits d’origine locale pourrait également donner un énorme coup de pouce aux économies locales et contribuer à réduire l’impact environnemental de notre approvisionnement alimentaire.

Nous avons besoin d’un changement de perception culturelle: nous devons évoluer vers une vision des repas scolaires comme un outil pédagogique pour apprendre aux enfants à faire des choix sains, et nous éloigner de la notion selon laquelle les repas scolaires ne sont qu’une dépense financière qui doit être couverte.

Les écoles sont des lieux où nous éduquons les jeunes, afin qu’ils puissent mener une vie heureuse et épanouissante. Et si nous mettons cette notion au cœur de l’éducation, nous ne devons pas rester les bras croisés, car une mauvaise alimentation nuit à la santé de nos générations futures.

Matthew Murray est un enseignant du primaire et le créateur du site Web d’alphabétisation www.2starsandawish.com. Il tweete comme @ 2_starsandawish



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *