Recommandations de livres d’été | Tufts Now


Alors que l’été approche, nous demandons à la communauté Tufts de proposer des recommandations de livres, et cette année ne fait pas exception. Ce qui est différent, ce sont les circonstances dans lesquelles nous nous trouvons: plus de temps libre, plus isolés à la maison et plus préoccupés par l’état de notre pays et du monde. Nos critiques de livres reflètent l’époque dans laquelle nous vivons.

Nous avons des critiques d’un large éventail de livres, des romans sur la vie dans la campagne anglaise et les bouleversements en Inde aux mystères et aux réflexions puissantes sur la race en Amérique, sans parler de la fiction spéculative YA. Et puis il y a une histoire opportune de la pandémie de grippe d’il y a un siècle, des espions américaines pionnières, la naissance de Rue de Sesame et la télévision éducative, et l’un des mémoires de Maya Angelou.

De plus, nous vous suggérons également de consulter le liste de lecture antiraciste compilé par la bibliothèque Tisch et une liste de lecture diversifiée créé par la communauté étudiante de l’école Cummings.

Si vous avez des recommandations de livres à ajouter à la liste, faites-le nous savoir à now@tufts.edu et nous publierons une mise à jour.

FICTION

La ballade des oiseaux chanteurs et des serpents, par Suzanne Collins. Quand vous avez entendu parler du nouveau Hunger Games prequel, vous étiez probablement très excité. Quand vous avez entendu que le protagoniste était un jeune Coriolanus Snow, probablement pas autant. Sur la liste des personnes avec lesquelles vous voulez être mis en quarantaine, «le futur mauvais dictateur et mithridatiste bizarre» n’est jamais là-haut. Mais Suzanne Collins » La ballade des oiseaux chanteurs et des serpents, qui est sorti le mois dernier, mérite une lecture. Certes, Coryo – comme l’appellent ses amis et sa famille – est arrogant et a droit, et passe beaucoup de temps à manipuler les autres et à rechercher le pouvoir et le statut. (Et un temps effrayant obsédé par les roses de sa mère décédée.) Mais comme Katniss Everdeen nous l’a montré, les meilleurs héros viennent avec une bonne dose d’anti-héros méfiant et misanthropique. Et il est étonnamment facile de se connecter avec Coryo alors qu’il lutte pour cacher la pauvreté de sa famille; assurer son avenir dans la haute société; protéger son cousin chaleureux, Tigre; et gagnez son mentoré dans les dixièmes Hunger Games annuels — la mystérieuse et théâtrale Lucy Gray d’un petit district appelé 12. Même si vous refusez de rejoindre l’équipe Coryo, venez vivre la vie quotidienne au Capitole; marcher dans les bottes d’un Peacekeeper; se promener dans le Hob et écouter les jabberjays; assister à la composition de la chanson folk obsédante qui deviendra plus tard un cri de ralliement de la rébellion; pour observer la formation des Jeux de la faim – et pour affronter les questions sur le pouvoir, la société, l’humanité, l’hypocrisie et la faim qui peuvent, comme d’habitude, se cacher dans l’arène et au-delà. —Monica Jimenez, producteur / éditeur de contenu senior, Office of Communications and Marketing

Le Bouddha dans le grenier, par Julie Otsuka. C’est une prise remarquable à cause de l’histoire qu’elle raconte – celle des mariées par correspondance japonaises venues en Californie pour épouser des hommes japonais – et à cause de la voix remarquable dans laquelle elle est racontée. L’auteur utilise «nous» pour décrire toutes les expériences variées vécues par ces femmes, créant une histoire universelle à partir de chaque individu. Le langage est évocateur et lyrique, et le récit transporte le lecteur jusqu’au point culminant, lorsque les femmes et leurs familles sont internées dans des camps de concentration essentiellement au début de la Seconde Guerre mondiale. Le roman est court et j’ai été suffisamment absorbé par l’histoire pour vouloir découvrir ce qui s’est passé après la fin, ce qui m’a conduit au premier livre de l’auteur, Quand l’empereur était divin. Ce livre, bien qu’écrit plus tôt, reprend l’histoire et suit les femmes, leurs enfants et leurs maris pendant l’internement et la libération. Les deux livres sont remplis de détails humains qui les rendent profondément personnels. Je les recommande tous les deux. –Beatrice Rogers, professeur d’économie et de politique alimentaire, Freidman School

Une brûlure, par Megha Majumdar. Ce premier roman, situé dans Kolkata contemporain, en Inde et raconté à trois voix, suit Jivan, une jeune femme qui veut rejoindre la classe moyenne, et deux narrateurs liés à elle: Lovely, une hijra ou une personne de troisième sexe, avec des aspirations de devenir une star de cinéma, et PT Sir, l’ancien professeur de gym de Jivan qui poursuit une vie meilleure en devenant un outil d’un politicien corrompu. Pour le meilleur et, dans ce roman, pour la plupart, le pire, les trois personnages se dirigent vers ce qu’ils veulent au milieu de forces systémiques qui travaillent contre eux. Après une attaque terroriste contre un train dans son quartier, Jivan publie un commentaire provocateur sur Facebook dans le cadre d’une offre pour «j’aime», ce qui déclenche mille répercussions: «Si la police les a vus mourir, cela ne signifie-t-il pas que le gouvernement est également un terroriste?  » Cette question a pour conséquence que Jivan est accusée, puis emprisonnée, pour l’acte même qu’elle commentait. Je n’ai jamais lu un roman de cette façon, qui devait être lu rapidement et en une seule fois, et dès que j’avais fini, recommencer pour pouvoir apprécier ce que l’auteur avait créé. –Grace Talusan, J94

Pris, Henry Green. Situé dans les jours languissants précédant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le mince roman de Henry Green Pris raconte l’histoire d’un groupe de pompiers auxiliaires issus de tout le spectre des classes britanniques qui se sont réunis pour aider les pompiers officiels de Londres à protéger la ville. Alors que les hommes remplissent les longues heures d’entraînement, de commérages et de philandérisme, les tensions personnelles entre eux complètent l’escalade des hostilités internationales qui gronde en arrière-plan. Les deux ont finalement éclaté dans des scènes de carnage, la violence du Blitz a été facilement égalée par les dommages psycho-sexuels d’une rencontre indicible qui a conduit à la censure du livre quand il est sorti en 1943. Bien que ces climax narratifs fournissent une fin satisfaisante, j’étais plus pris avec les jours vides avant le Blitz que le roman détaille dans une prose lyrique, presque fantasmagoriquement réaliste. Pendant ces premières semaines surréalistes de la quarantaine COVID-19, je me suis retrouvé à me tourner vers ce livre pour un compte rendu de l’étrange mélange d’ennui, d’anxiété, d’excitation et de peur que je ne pouvais pas tout à fait articuler pour moi-même. Loin d’un livre ordinaire, Pris aide à repenser l’idée même de ce qu’est la «vie ordinaire» pendant et après une urgence publique à grande échelle. —John Lurz, professeur agrégé, Département d’anglais

Pour les filles de couleur qui ont envisagé le suicide / Quand l’arc-en-ciel est suffisant, par Ntozake Shange. Publié en 1975, alors que Shange était dans la vingtaine, ce travail a brisé les normes théâtrales et linguistiques. Le travail peut être réduit à un film (Tyler Perry, 2010) ou à quelques controverses autour de lui, mais cela vous ferait manquer sa voix, sa beauté et son pouvoir exquis. Avec Pour les filles colorées, Shange s’est remise en sourdine, ainsi que d’autres femmes, et a ouvert la voie au théâtre féministe noir. Écrit dans une langue vernaculaire audacieuse, avec une orthographe et une ponctuation modifiées («je ne supporte pas d’être désolé et coloré en même temps c’est tellement redondant dans le monde moderne»), les monologues des personnages et les échanges en écho des six autres personnages créent un espace pour le lecteur / téléspectateur pour vivre de façon vivante les histoires racontées. En rompant avec les normes structurelles de l’écriture et du théâtre, la forme même elle-même – un chorégraphe fluide de poésie, de musique et de danse – permet de créer de nouvelles identités et de nouvelles réalités. Dans cette nouvelle réalité, les femmes, en particulier les femmes noires, peuvent se défaire des contraintes identitaires préconçues. Beaucoup de gens qui ont rendu hommage à Shange à sa mort en 2018 ont cité les dernières lignes du livre – mais je pense que pour y arriver, c’est un voyage, donc je termine avec une autre ligne de Shange: «nous sommes les mêmes que le ciel, nous sont ici en train de respirer, de créatures vivantes et nous avons droit à tout. » —Siobhan Gallagher, directeur adjoint, Bureau des relations avec les médias

Kim, par Rudyard Kipling. Vers la fin de ce roman de 1901, le héros éponyme crie à plusieurs reprises: «Je suis Kim. Je m’appelle Kim. Et qu’est-ce que Kim?  » L’identité, apparemment une préoccupation moderne, est l’une des questions centrales de la vie et de l’histoire de Kim. Fils orphelin de pauvres travailleurs irlandais dans l’Inde coloniale britannique à la fin des années 1800, Kim vit de ses esprits dans les rues: acéré, avisé et ne se contentant pas de passer pour un Indien, mais ne se distingue pas de tout indigène. Il se lie d’amitié avec un vieux lama bouddhiste tibétain errant à Lahore, devenant son disciple et protecteur, et leurs voyages encadrent une grande partie du roman, tout comme le Grand Jeu – ce match d’échecs entre la Russie et la Grande-Bretagne en Asie du Sud. Kim, parlant plusieurs langues et farouchement intelligente, est lentement recrutée pour espionner les Britanniques. Il est expédié dans une école catholique, où il est Kimball O’Hara, mais déteste l’expérience, alors même qu’il résume ses cours. Quittant l’école après seulement quelques années, il abandonne rapidement ses origines sahib, tout en restant au service des sahibs. Mais qui est-il? Il vit, comme on dirait maintenant, sur le trait d’union: anglo-indien, beaucoup plus indien qu’anglo, mais en quelque sorte toujours anglo. Le doux lama «chapeau rouge» (probablement de la secte Nyingma) fournit un refuge spirituel à Kim dans le monde matérialiste. J’avais toujours eu l’impression de Kipling en tant qu’apologiste du colonialisme et du racisme britanniques, mais ce récit est bien le contraire. Il nous reste un dégoût pour la plupart des Européens, et une profonde sympathie pour tous les innombrables peuples qui composent l’Inde, et pour Kim, dont l’avenir – sera-t-il un espion pour les Britanniques ou un mendiant bouddhiste? – n’est jamais clair. Taylor McNeil, producteur / éditeur de contenu senior, Office of Communications and Marketing

L’homme perdu par Jane Harper. Pour l’été, je suis un fervent partisan de la lecture des mystères, et les livres de la journaliste australienne devenue romancière Jane Harper sont des plats estivaux à lecture compulsive. Son dernier livre, L’homme perdu, se déroule dans l’outback australien et se concentre sur trois frères – Nathan, Cameron et Bub – qui dirigent deux ranchs de bétail voisins. Lorsque Nathan et Bub découvrent le cadavre de Cameron au début du livre, ils ne peuvent pas comprendre pourquoi il aurait volontairement abandonné sa voiture bien garnie et bravé le soleil d’été australien sans eau ni approvisionnement, mais ils sont si loin de toute autre personne que la liste des suspects possibles ne s’étend pas beaucoup plus longtemps que les autres membres de la famille. Il n’y a pas de détective central dans L’homme perdu; au lieu de cela, Nathan enquête lui-même sur la mort, avec l’aide de son fils et de quelques habitants, dans un cadre si singulier et si chaud que partout où vous passerez l’été, vous vous sentirez certainement cool en comparaison. –Josephine Wolff, professeure adjointe de politique de cybersécurité, The Fletcher School

Middlemarch, par George Eliot. Une fois que COVID-19 a frappé et modifié notre vie de tous les jours dans un avenir prévisible, beaucoup d’entre nous ont entrepris des «projets de coronavirus». L’un des miens était de lire un livre qui figurait depuis longtemps sur ma liste «à lire un jour»: le classique de George Eliot, Middlemarch. J’avais arrêté de regarder les nouvelles la nuit – trop effrayantes, trop déprimantes – et je lisais à la place plusieurs chapitres de ce roman de 802 pages chaque soir. J’ai vite eu le rythme de L’anglais d’Eliot au milieu du XIXe siècle – le roman a été publié pour la première fois en feuilletons en 1871-1872 – et a vite compris pourquoi ce livre est si vénéré. Le chemin emprunté par Dorothea Brooke, une jeune femme qui connaît son propre esprit et trace son propre destin bien avant qu’il ne soit à la mode pour les femmes, mène inexorablement au bonheur et à l’épanouissement, mais se déroule progressivement. Vous vous enracinez quand elle devient inévitablement une jeune veuve après avoir épousé le révérend beaucoup plus âgé Edward Casaubon, essaie de trouver la meilleure façon d’utiliser l’argent dont elle a hérité, s’engage civiquement et finit par trouver le véritable amour. Les autres personnages principaux – Dr. Tertius Lydgate, qui essaie d’introduire des pratiques médicales et des installations sanitaires contemporaines dans la ville fictive de Middlemarch et qui rencontre la belle mais vain Rosamond et qui a un mariage difficile et une période difficile à rester solvable; et le jeune Fred Vincy, qui joue et prend trop de risques pour gagner la main de Mary Garth, pratique et gentille, jusqu’à ce qu’il grandisse en lui-même et émerge mieux pour cela – sont tout aussi saisissants. Une fois que je suis entré dans le rythme calme du livre, il est devenu le contrepoids parfait pour un monde qui semble souvent hors de contrôle. (Bien sûr, les gens de Middlemarch luttent activement contre une épidémie de choléra…) Vous voyez dans les personnages d’Eliot des gens très contemporains, des gens que vous connaissez, des problèmes que nous traitons tous. Sa remarquable capacité à expliquer le fonctionnement interne et externe de la motivation humaine souligne la beauté et la portée du roman. Je recommanderais également le Rebecca Mead Ma vie à Middlemarch, où elle revisite les moments de sa vie où elle lit et relit Middlemarchet comment cela signifiait différentes choses pour elle à différents moments de sa vie. Elle décortique aussi pourquoi Middlemarch est un tel classique, raconte l’histoire de la vie non conventionnelle de Mary Anne Evans (George Eliot), et la mêle aux réflexions de ses voyages de retour en Angleterre pour visiter les sites qui ont été importants dans la vie d’Evans / Eliot et ceux qui ont inspiré Middlemarch. —Julie Dobrow, ddirecteur, Center for Interdisciplinary Studies, maître de conférences, Eliot-Pearson Department of Child Study and Human Development

Le meurtre de Roger Ackroyd, par Agatha Christie. Les mystères font la lecture parfaite de la plage en été, et ce chef-d’œuvre de la reine Agatha Christie est au-dessus. Hercule Poirot se retire dans le paisible village anglais de King’s Abbot pour être près de son vieil ami, Roger Ackroyd, et cultiver paisiblement des courgettes. Cependant, le meurtre d’Ackroyd oblige le détective le plus célèbre du monde à abandonner le jardinage et à prendre l’affaire. Avec le médecin local comme son Watson personnel, Poirot utilise ses «petites cellules grises» pour déterrer plus que des courges végétales. Plein d’esprit sec habituel de Christie et de rebondissements intelligents de marque, vous ne pourriez que deviner le tueur parce que tant d’autres écrivains de mystère et de thriller ont imité ce classique. –Robin Smyton, A09, spécialiste des relations avec les médias, Communications et marketing universitaires

The Nickel Boys, par Colson Whitehead. Ce roman, l’excellent suivi de Whitehead à son lauréat du prix Pulitzer Le chemin de fer clandestin, a également reçu le Pulitzer plus tôt cette année, et pour une très bonne raison: c’est un classique instantané. Dans la Floride des années 1960, Elwood, un adolescent brillant et consciencieux, sans le savoir, se rend à l’école dans une voiture volée. Il est condamné à la Nickel Academy, un centre de détention pour mineurs infernal, basé sur la tristement célèbre (et réelle) école Dozier. Là, Elwood se lie d’amitié avec Turner, un détenu cynique qui essaie de protéger Elwood en l’empêchant de se dresser contre les agressions que subissent les «Nickel Boys» aux mains de l’administration et des gardes racistes et corrompus. Elwood et Turner débattent de la moralité et de la justice dans un endroit où avoir un sens aigu de l’un ou l’autre est un fardeau. Des décennies plus tard, un adulte Elwood essaie de tenir compte de la tragédie de sa jeunesse volée et de trouver la guérison lorsque les abus à Nickel sont révélés publiquement. C’est une lecture troublante et nécessaire, qui devrait être enseignée dans tous les lycées du pays. –Robin Smyton, A09, spécialiste des relations avec les médias, Communications et marketing universitaires

Le tigre de nuit, par Yangsze Choo. Des histoires parallèles se déroulant dans les années 1930 de plusieurs protagonistes intéressants qui finissent par converger de manière inattendue. Un domestique commence à chercher à répondre à l’appel mourant de son employeur dans les quarante-neuf jours. Une jeune femme aux rêves de carrière élevés est aux prises avec les dettes de jeu de sa mère et contrainte à une méthode peu recommandable pour les résoudre. Le roman mêle superstition, science moderne, personnages originaux et intrigues mystérieuses. Beaucoup de rebondissements, de tours et de surprises – un vrai tourneur de pages. —Alice H. Lichtenstein, professeur Gershoff de science et politique de nutrition, Friedman School, et directrice, laboratoire de nutrition cardiovasculaire, HNRCA

Rodham par Curtis Sittenfeld. L’histoire serait-elle différente si Hillary Rodham n’avait jamais épousé Bill Clinton? C’est la prémisse intrigante (et peut-être cathartique, pour certains) du nouveau roman de Curtis Sittenfeld Rodham. Une œuvre de fiction historique ambitieuse pour des temps très récents, le livre explore la question: comment se serait déroulée la vie personnelle et professionnelle d’Hillary Rodham et où les chemins politiques de Bill et elle les auraient-ils conduits? Sittenfeld n’ignore pas les vies entrelacées du couple, et il est suffisamment vrai pour le dossier historique et la chronologie d’être crédible en tant que réalité alternative. La lecture du livre est agréable, avec des détails parfaits, même si vous n’êtes motivé que pour savoir comment cela se termine. Pour ceux qui ne pensent pas que les détails de l’histoire vous intéressent, je vous mets au défi de la considérer de toute façon. Le roman de Sittenfeld, comme une grande partie de son travail, est vraiment une étude des relations: entre partenaires, mentors, amis, collègues, et avec notre vision de qui nous devrions être. Comme le souligne Hillary, «la marge entre rester et partir était si mince; vraiment, cela aurait pu aller dans les deux sens.  » Le livre repose sur cette idée même: parfois, même avec nos décisions les plus importantes, la ligne est mince comme du papier. Les relations, comme les élections, auraient pu aller dans les deux sens. –Jen McAndrew, directrice des communications, de la stratégie et de la planification, Tisch College of Civic Life

Mer de coquelicots, Par Amitav Ghosh. Ceci est le premier volume de « Ibis Trilogy » de Ghosh sur la guerre de l’opium en Chine. Lire les trois est une entreprise, le genre de chose à poursuivre lorsque vous restez à la maison pendant une pandémie, mais cela en vaut la peine. Une douzaine de personnages – indiens, britanniques, américains et chinois – convergent sur le Ibis, un navire basé à Calcutta et se dirigeant vers Maurice pour livrer des ouvriers sous contrat pour les plantations là-bas. Le système colonial britannique basé sur le libre-échange, la supériorité navale et la Compagnie des Indes orientales est bien expliqué dans le contexte de l’aventure, de la tromperie, des chiffons à la richesse, de la richesse aux chiffons et de la confrontation des cultures. Dans le volume deux, Rivière de fumée, l’histoire se déplace principalement à Canton, où les Britanniques imposent de l’opium indien aux Chinois. Champ de tir, volume trois, se déroule pendant la guerre de l’opium elle-même. Notez que dans le premier volume, Ghosh fournit un glossaire de nombreux mots non anglais qu’il utilise, et vous en avez besoin fréquemment. —James M. Glaser, doyen de l’École des arts et des sciences et professeur de sciences politiques

Ils meurent tous les deux à la fin, par Adam Silvera. En tant que l’un de ces adultes qui apprécie la bonne fiction pour jeunes adultes, je suis toujours à la recherche de livres qui s’éloignent des tropes de la maturité et des cliques du secondaire, et encore plus à la recherche de pistes POC. Quand j’ai entendu la prémisse de Ils meurent tous les deux à la fin—Les adolescents Latinx qui ne se sont jamais rencontrés passent leur dernier jour sur Terre ensemble — j’ai tout de suite été accroché. Dans un monde contemporain légèrement parallèle, les gens sont informés à minuit qu’ils mourront ce jour-là. Les industries ont vu le jour pour profiter des dernières expériences (comme les voyages simulés) et pour se lier d’amitié avec quelqu’un sur ce qu’on appelle la fin de la journée. Personne ne veut recevoir l’avis, mais personne ne peut en sortir non plus; le chronomètre est accéléré par le fait que vous ne savez pas comment ni quand le jour de votre mort. Sheltered Mateo et streetwise Rufus se rencontrent sur l’application Last Friend et passent la journée à se connaître, ainsi qu’à approfondir leur propre compréhension d’eux-mêmes. Silvera ne plaisante pas avec le titre, et pourtant il y a toutes sortes de suspense émotionnel dans leur voyage partagé. C’est une fiction spéculative au cœur énorme. –David Valdes, professeur d’anglais, École des arts et des sciences

Les chroniques des oiseaux liquidés et L’éléphant disparaît, par Haruki Murakami. Je vais tricher et recommander deux livres, bien que les deux soient du même auteur. Les livres de Murakami sont des best-sellers à travers le monde, et pour une bonne raison. Il combine l’urbanité et la désaffection avec une sorte de réalisme magique excentrique qui suggère qu’il y a en effet plus de choses dans le ciel et la Terre que nos imaginations n’en rêvent habituellement. Cet été en particulier, j’aime l’idée de me plonger dans un monde plus profond et plus riche dans lequel des choses terrifiantes et merveilleuses arrivent à des gens souvent très ordinaires. Le roman que je recommande, Chronique des oiseaux à remonter, est le chef-d’œuvre de Murakami. Cela commence par un chat perdu et un mystérieux appel téléphonique d’une femme anonyme. Bientôt, nous sommes sur un voyage qui nous emmène en Mandchourie déchirée par la guerre en 1939 et au fond d’un puits profond dans l’actuelle Tokyo. Murakami’s le héros de tout homme est aux prises avec la perte, la peur et la confusion alors que son monde tourne à l’envers autour de lui, et nous nous identifions à ses terreurs et à ses espoirs. Le roman saisit, remue et étonne dans une égale mesure. Pour ceux qui veulent juste un petit plongeon dans l’œuvre de Murakami, je recommande sa collection divertissante de nouvelles, L’éléphant disparaît. Il révèle comment Murakami peut être drôle, satirique et romantique, parfois tout en même temps. Mais même les histoires les plus légères ont un caractère poignant qui reste avec nous. Un exemple est «The Girl from Ipanema», dans lequel le narrateur imagine partager une bière avec la fille de la célèbre chanson, trente ans plus âgée et plus sage. Le plus mémorable est l’histoire «Sleep» qui a particulièrement étonné mes amies et mes étudiantes: une femme mariée d’âge moyen ne peut plus dormir et reste debout toute la nuit à manger du chocolat, à boire du brandy et à lire Tolstoï. Murakami pénètre dans l’âme de son héroïne avec une profondeur qui semble presque incroyable pour un écrivain masculin. –Susan Napier, professeure Goldthwaite de rhétorique, Département des études littéraires et culturelles internationales

NON-FICTION

Arabes: une histoire de 3000 ans des peuples, des tribus et des empires, par Tim Mackintosh-Smith. Ne laissez pas le titre fade de ce livre magistral vous décourager – ce n’est pas un récit par cœur de l’histoire, mais une interprétation profonde et convaincante de qui sont les Arabes – et ne le sont pas – et de la tension constante entre l’unification des Arabes comme un peuple et son inévitable conflit et dissolution. Mackintosh-Smith, un écrivain britannique, vit dans sa patrie d’adoption, le Yémen, depuis trois décennies et a une profonde sympathie pour le monde arabe – et l’œil d’un étranger. La montée des Arabes est généralement racontée comme une excroissance de la puissance soudaine de Muhammad et de ses musulmans au début du septième siècle, mais Mackintosh-Smith nous ramène beaucoup plus loin, à la tension entre les tribus de raids de l’intérieur de la péninsule arabique et les habitants des villes sédentaires, principalement dans le sud. Il raconte la lente émergence de la langue arabe, pierre angulaire de l’identité arabe, toujours avec des exemples aigus, et montre la continuité écrasante de la culture et de la politique arabes au cours des siècles, jusqu’à nos jours. Son écriture ici, comme dans ses autres livres, est toujours intelligente, pleine d’esprit et savante; c’est un charmant compagnon, et j’étais triste de terminer le livre – mais il y a tellement de choses à apprendre ici, je le relirai bientôt. Taylor McNeil, producteur / éditeur de contenu senior, Office of Communications and Marketing

Les papiers corporels, par Grace Talusan. Quelles sont les histoires de famille que nous partageons uniquement à huis clos? Cette question rassemble les puissants mémoires de Talusan, qui utilisent des documents d’immigration et médicaux pour dresser la carte des expériences de traumatisme familial, vivre sans statut et accepter la chirurgie préventive. Née aux Philippines, Talusan déménage aux États-Unis à l’âge de deux ans alors que son père poursuit sa formation de médecin. Les chapitres oscillent entre la vie quotidienne d’une jeune Philippine majeure en Nouvelle-Angleterre, tandis que d’autres soulignent la honte et le frisson qui accompagnent les valeurs de la «famille d’abord». Nous apprenons que les familles philippines peuvent être douces-amères, car l’amour parental est rarement déclaré à haute voix mais est plutôt incarné par l’inquiétude et le sacrifice cumulatifs. Quand il devient finalement clair que quelque chose de traumatisant est arrivé à Talusan, elle met à nu la tension entre l’auto-préservation et les soucis de bouleverser sa famille si elle s’exprime. Elle réfléchit ensuite à sa décision de pratiquer une chirurgie préventive qui la rendrait incapable d’avoir ses propres enfants, ainsi qu’à la manière dont elle finirait par devenir une tita (tata). En bouclant la boucle, Talusan revient aux Philippines à l’âge adulte grâce à une bourse Fulbright. Ses expériences là-bas donnent un aperçu plein d’esprit sur la façon dont ses parents ont été élevés et sur les raisons pour lesquelles le silence et la piété filiale peuvent être tenus en si haute estime. Malgré les vérités poignantes que Talusan révèle, ce mémoire est un puissant témoignage d’une vie débordante d’amour et de passion en tant qu’écrivain, partenaire, fille, titaet éducateur. Peu d’auteurs ont pu creuser ces sujets avec autant d’équilibre et d’humilité. –Nathaniel Tran, A17

Coffealand: One Man’s Dark Empire et la fabrication de notre drogue préférée, par Augustine Sedgewick. Dans un livre qui combine l’histoire sociale, politique, économique et familiale dans un breuvage stimulant, la professeure d’histoire de CUNY, Augustine Sedgewick, retrace le voyage de notre boisson préférée du matin, des cafés enfumés du Moyen-Orient ottoman aux tables du petit-déjeuner et aux «pauses-café d’entreprise». »De l’Amérique du XXe siècle. C’est une tâche ambitieuse. Sedgewick se concentre sagement sur James Hill, élevé dans les bidonvilles de Manchester, en Angleterre, qui, avec ses fils, a créé une dynastie de café dans les hautes terres d’El Salvador, à partir de la fin des années 1890 et jusqu’à ce jour. Hill a introduit des techniques agricoles monoculturelles industrialisées dans le pays d’Amérique centrale, ce qui en fait l’un des principaux producteurs de café. Au cours de ce processus, il a aidé à transformer la propriété communale des terres en une économie d’exportation de type plantation et a utilisé la faim pour maintenir les travailleurs en ligne en reconstruisant une campagne auparavant recouverte d’arbres fruitiers luxuriants. Sedgewick emmène le lecteur dans de nombreux voyages parallèles – à travers les marchés du café de San Francisco, les philosophies de l’énergie et du vitalisme du XIXe siècle qui encourageaient la consommation de café, et le supermarché américain, dont il attribue le succès précoce au café bon marché emballé sous vide. Certains des chapitres les plus intrigants concernent la radicalisation des travailleurs des plantations de café salvadoriens et une révolution communiste qui a presque réussi en 1932, pour être stoppée par les menaces d’une intervention américaine et britannique et par le massacre de quelque 12 000 paysans indigènes. Il s’agit d’une mini-introduction à l’histoire de l’Amérique centrale. Il y a aussi beaucoup de drame familial absorbant: le livre commence par l’enlèvement contre rançon du petit-fils de James Hill, Jaime, par des rebelles de gauche en 1979 et sa transformation spirituelle une fois qu’il a gagné sa liberté. Jaime devient Coffealand’s héros inattendu. –Neil Miller, maître de conférences en anglais, School of Arts and Sciences

Cinquième soleil: une nouvelle histoire des Aztèques, par Camilla Townsend. Est-ce que tout ce que nous pensons savoir sur les Aztèques n’est pas vrai? Il semble que de cette façon, après avoir lu cette histoire convaincante et écrite de manière engageante, des gens qui devraient en fait être appelés les Mexica (c’est meh-SHEE-ca), qui gouvernaient la vallée centrale du Mexique à partir du milieu des années 1400. Townsend, un historien de Rutgers, utilise des sources primaires que la plupart des historiens ont jusqu’à récemment ignorées – des récits écrits en nahuatl romanisé par les membres survivants de la noblesse jadis au pouvoir de Tenochtitlan et leurs fils et petits-fils – pour raconter de façon vivante la montée du Mexica, qui comme d’autres dans la région ont migré de ce qui est maintenant le sud-ouest américain. Immigrants au départ, se battant simplement pour un endroit où vivre, ils ont établi leur forteresse sur une île de roseaux dans le lac Texcoco, et sont rapidement devenus la force dominante dans la région, combattant d’autres groupes établis et créant des alliances lorsque cela était utile. Townsend détaille les interminables batailles intestines pour le pouvoir au sein du Mexica, qui étaient tout aussi féroces que les combats avec d’autres pouvoirs dans la vallée centrale. (Peu importe où se trouvent des groupes d’humains, il semble qu’ils se mettent bientôt à la gorge pour gagner du pouvoir et posséder des choses plus nombreuses et meilleures.) L’aliénation les uns des autres et des peuples qu’ils ont conquis a rendu le Mexica vulnérable aux envahisseurs espagnols. Ce n’était pas, finalement, pourquoi ils ont perdu les multiples guerres avec les Espagnols; les Européens avaient simplement un énorme avantage technologique, aidés par les chevaux et surtout par des maladies auxquelles personne dans les Amériques n’était immunisé: vague après vague d’épidémies. Townsend dépeint de façon vivante la vie quotidienne des personnes parlant le nahuatl avant, pendant et après l’invasion espagnole; c’est déchirant et pourtant plein d’espoir. Malgré la dévastation, la vie de tous les jours a continué, comme c’est le cas pour la plupart des gens déchirés par la guerre et les luttes de pouvoir. Townsend écrit d’une manière claire et engageante, s’efforçant de rendre ce récit de l’histoire beaucoup plus honnête accessible à tous les lecteurs. Taylor McNeil, producteur / éditeur de contenu senior, Office of Communications and Marketing

La grande grippe, par John M. Barry. En parlant de pandémies, il semblerait que le moment soit venu de dépoussiérer ce récit de 2005 du grand récit d’il y a un siècle. Il s’ouvre sur un récit quelque peu lent afin de reconnaître de nombreuses contributions qui ont stimulé la médecine fondée sur la science et la recherche à la fin du XIXe siècle. Cela nous a fait sortir d’un niveau de médecine pas sensiblement plus avancé que celui des anciens Grecs. (La saignée était encore un traitement suggéré pour de nombreuses maladies jusqu’en 1910.) L’arrimage des laboratoires à la médecine pratique avec la création de Johns Hopkins a amené la médecine aux États-Unis à un niveau égal et supérieur à celui de l’Allemagne et du reste de l’Europe occidentale. L’auteur tient pour probable que la pandémie soit originaire des zones agricoles de l’ouest du Kansas au début de 1918, a été amenée dans des camps d’induction de l’armée à l’extrémité est de l’État et de là en Europe. Là, il a muté en une forme plus virulente qui est revenue aux États-Unis comme une «deuxième vague» beaucoup plus meurtrière au cours du dernier trimestre de 1918 et a infligé la majorité des victimes américaines. Il a pris le nom impropre de «grippe espagnole» parce que le seul signalement objectif du fléau est venu de la presse espagnole (l’Espagne n’étant pas belligérante pendant la Première Guerre mondiale); Les Britanniques, les Français et l’étonnamment autoritaire Woodrow Wilson ont étouffé et supprimé les nouvelles négatives qui pourraient nuire au moral positif de l’effort de guerre. La mise en garde pour un lecteur ayant un intérêt plus que superficiel des nombreux personnages qui entrent et sortent du récit serait de garder une facture pour référence, jusqu’à ce que le virus s’éteigne au début de 1919 après la mort de dizaines de millions de personnes dans le monde. (Pour un crédit supplémentaire, une fois le livre terminé et pour consolider votre compréhension des détails techniques de l’opération pandémique, relisez les chapitres 7, 21 et 31.) –Robert W. Barry, A63

S’ils viennent le matin…: voix de résistance, édité par Angela Y. Davis, Bettina Aptheker et le National United Committee to Free Angela Davis and All Political Prisoners. First published in 1971 and reissued four years ago, this book brings together essays, interviews, poetry, correspondence, solidarity statements, and other forms of writing that document and deconstruct the anti-Black origins, practices, and aims of the American system of prisons and policing. –Natalie Shapero, professor of the practice of poetry, Department of English

On the Plain of Snakes: A Mexican Journey, by Paul Theroux. Last fall I saw Theroux, the novelist and travel writer, speaking at Tufts about his sojourn to Mexico in his mid-seventies, driving from his home on Cape Cod to travel the length of the U.S.-Mexico border, and then take a deeper dive into Mexico proper. He weaves in and out of the two counties along the length of the border, talking with migrants and those working to help them—and stop them. The complexities of the border are on full display—thousands of Mexicans legally cross the border daily to work in the U.S., while hundreds of thousands work in factories just south of the border for multinational companies, thanks to NAFTA, earning in a day what they would earn in an hour just a few miles north. Theroux speaks enough Spanish to get by, a great asset as he drives into Mexico, from prosperous and dangerous northern Mexico all the way to Chiapas, in the impoverished south. Violence is never far from the surface; the cartels that profit from the U.S. demand for illegal drugs mix with crooked police and federal troops to create palpable fear in the population. The book shines as Theroux heads into Oaxaca and Chiapas, two southern states with large indigenous populations. He takes bumpy rural roads, gives lifts to peasants, talks with many men who have made the journey north (often coming back home to tend to ailing parents), and sees life as it is for millions of Mexicans: desperately poor, badly treated, and yet able to endure and survive, focused above all on family. He ends by meeting Subcomandante Marcos, leader of the Zapatista rebellion in Chiapas, and leaves with some small measure of hope about the possibility of overcoming the “malgobierno” [misgovernment] that defines not just Mexico, but so many countries.Taylor McNeil, senior content producer/editor, Office of Communications and Marketing

A Song Flung Up to Heaven, by Maya Angelou. After being mesmerized by I Know Why the Caged Bird Sings when I first read it last year, I found myself devouring the rest of Maya Angelou’s autobiographical series. A Song Flung Up to Heaven is the sixth book in the series and, like the others, describes events in the author’s extraordinary life with spirit and candor. I found it remarkable that she had deep friendships with prominent leaders in the civil rights movement (Malcolm X and Martin Luther King, Jr.), literature (Langston Hughes and James Baldwin), and the arts (Cecily Tyson and James Earl Jones). Her majestic prose describes Blacks’ painful history, as well as their proud heritage and vibrant culture—in the United States, where she was born, and Ghana, where she lived for several years. Reading Angelou’s memoirs inspired a personal quest to learn more about Black history, leading me to discover (and continue to discover) fascinating books, documentaries, and podcasts that I never knew existed, deepening my education of the unfathomable horrors—but also the rich heritage—of Black peoples in America. –Carol Lidington, J81, A15P, associate director of campaign management, University Advancement

Sunny Days: The Children’s Television Revolution That Changed America, by David Kamp. A few years ago, one of my graduate students and I conducted a small study. We asked Tufts undergraduates if they remembered any of the songs from the iconic television show, Rue de Sesame. Not only did overwhelming numbers of them remember the songs, they reported recalling all the lyrics and singing them often along with friends in their dorms. To us this demonstrated not only the far reach of Rue de Sesame, but also its long-lasting impact and the ways in which so many of us use it as a way to connect with others. Kamp’s new book, Sunny Days, helps to explain why this show, along with others of its generation, including Mr. Roger’s Neighborhood, The Electric Company, Schoolhouse Rock and more, became so firmly ingrained in our national consciousness. He paints a portrait of the pioneering producers Joan Ganz Cooney, Fred Rogers, and others, who tapped into a growing concern in 1960s America that children growing up in poverty and in under-resourced communities were at significant and systemic disadvantage, and how they came up with the then-novel idea of using television to try to bridge some of those gaps. The experiment worked. Rue de Sesame, in particular, became the most-awarded, most-researched children’s television show of all times. Now seen in more than 120 countries, this show has been on the air for more than fifty years. Thousands of studies have demonstrated its efficacy in teaching children letter recognition and numeracy skills, as well as providing them with social-emotional competencies. The book is a fascinating behind-the-scenes look at the ways in which television writers and producers, puppeteers, actors, and other creative folks learned to work with academics who studied child development and the ways children learn—not always an easy partnership—to create these monumental children’s TV shows. Kamp’s writing is easy and breezy. The book is filled with great trivia (who knew that the S.S. Minnow de Gilligan’s Island was in fact a facetious nod to Newton Minow, of the oft-quoted infamous “TV is a vast wasteland” quote?) and wonderful anecdotes (the first time Joan Ganz Cooney laid eyes on Jim Henson she worried that he might be one of the Weatherman terrorists). Along the way, readers will learn a lot about the “golden age of children’s educational media” and see why, in fact, we can all so easily recall the lyrics to iconic songs like “C is for Cookie” or “It’s Not Easy Being Green” or “Rubber Ducky” whether we watched these shows ourselves as children or watched our children watching them. —Julie Dobrow, director, Center for Interdisciplinary Studies, senior lecturer, Eliot-Pearson Department of Child Study and Human Development

The Way Through the Woods: On Mushrooms and Mourning, by Litt Woon Long. When the man you’ve been happily married to for thirty years suddenly collapses one day at work and is pronounced dead, and you’re thrust into a dark, unfamiliar world where nothing makes sense or seems to matter at all, what do you do? If you’re Litt Woon Long, a social anthropologist and Malaysian-born Norwegian, you start picking mushrooms. This may seem like an odd choice, but as Long discovers, the art and science of foraging for edible mushrooms yields more than just tasty treats for the dinner table. It’s an entryway to a bizarre, gorgeous world where mushroom enthusiasts jealously guard secret foraging grounds and argue passionately about whether certain species are really too toxic to eat, where the slight variation in color or texture is sometimes the only difference between a treasure and a poison. When Long isn’t meticulously documenting the biological subtleties of the mushroom kingdom and the social hierarchies of the mushrooming community, she’s writing precisely and unflinchingly about grief and the many ways it can be experienced: as a numbing of the senses, a voluntary exile, a slow grind, a gray mush, a nightmare, a storm—and a path. Mushrooms guided Long down the twists and turns of that path, and they hold valuable lessons for all of us, she suggests. From the hallucinogenic Liberty Cap, or the Mushroom That Must Not Be Named, to the delicious true morel, considered the holy grail of edible fungi and often found in areas recently ravaged by fire, Loon makes it clear that the darkest corners can hide the most colorful surprises—and that even in the most barren landscapes, life can begin again. —Monica Jimenez, senior content producer/editor, Office of Communications and Marketing

A Woman of No Importance: The Untold Story of the American Spy Who Helped Win World War II, by Sonia Purnell, and Life Undercover: Coming of Age in the CIA, by Amaryllis Fox. You don’t have to be an aficionado of the spy genre—I’m not—to appreciate these two books. The first is a biography of Virginia Hall, the trailblazing operative who worked with both the British and the Americans to sustain the French Resistance during World War II, and the other a memoir by a former agent who joined the CIA fresh out of graduate school in the wake of 9/11. What I would suggest is reading them in chronological order—the Hall book first—which, unfortunately, is not what I did. Fox’s story is thrilling and thought-provoking all on its own, but learning about the sexism and callous treatment by the postwar CIA toward Hall, one of its most remarkable pioneers, would have provided some good context. Even as so many stories of unconventional women overlooked by history have been resurrected, Virginia Hall remained the most amazing women no one had ever heard of. She was supposed to live the life of a Baltimore socialite. Instead, Hall knew that a different kind of life was what she needed—and nothing, not even losing her leg in a hunting mishap, was going to stop her. An expat in Europe when the war started, she ended up with the British SOE, an official, yet underground, organization that concentrated on undermining Nazi efforts in France. Clandestine organizing, cultivating sources, and, above all, taking great risks, proved to be her strong points, and she flourished in a way that she never would have in civilian life. Later, she joined the American OSS, predecessor of the CIA, where she armed and organized French resistance groups after D-Day. Her gender, and her disability—she used an ungainly wooden leg that she referred to as “Cuthbert”—did not seem to prevent OSS leaders from according her respect and responsibility. Not so once the OSS was replaced by what was to become today’s CIA, where Hall, like so many other women, was hampered by sexism and outright discrimination. There’s no way her exploits in France could not be an exciting tale to follow—after her cover is blown, for example, she barely escapes the grasp of the notorious Nazi Klaus Barbie, and walks across the Pyrenees, in winter, to Spain (remember, she had that wooden leg). The substance of her story overcomes the sometimes dense, data-laden prose. With this copiously well-researched biography now on the table, I’m hoping someone can retell her story, perhaps concentrating on the war years, with a bit more of the verve it deserves. The CIA that Amaryllis Fox enters in the early 2000s appears to have a more inclusive culture than the institution Hall left in 1960s, but knowing the path blazed by women like Hall makes Fox’s story even more meaningful. The two women share many similarities—what intrigued me the most was their respective motives for choosing the life they did. Both, obviously, were fearless, and seemed to need the charge of adrenaline that a life of espionage provided. Hall was driven primarily by fierce anti-fascism—not a hard sell in 1940. Fox lives in our more morally ambiguous world, and exploring her reasons for choosing the CIA as her vehicle for fighting terrorism is a compelling read, as are her reflections on marriage to a fellow operative and motherhood while living undercover. Of course, she has her share of close encounters with al-Qaeda operatives, shadowy arms dealers, and bomb-makers—sometimes while pregnant or toting a baby. —Helene Ragovin, senior content producer/editor, University Communications and Marketing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *