Une étude révèle des résultats positifs associés au dépistage universel et aux renvois pour les besoins sociaux dans les salles d’urgence – État de la réforme


Michael Goldberg | 13 juil.2020

Résultats dans une récente Université de l’Utah étude préliminaire suggèrent qu’il pourrait y avoir des résultats positifs associés à la mise en œuvre du dépistage universel et des références pour les besoins sociaux dans les salles d’urgence. Les chercheurs croient que les résultats peuvent soutenir l’idée de mettre en œuvre un dépistage universel et des références pour les besoins sociaux en tant que composantes régulières des protocoles des salles d’urgence.

Les besoins sociaux, y compris la nourriture et le logement, jouent un rôle dans jusqu’à 75% des résultats de santé, selon le Bureau américain de prévention des maladies et de promotion de la santé. Selon les chercheurs, cela fait que de nombreux patients ayant des besoins non satisfaits rebondissent à plusieurs reprises dans les urgences. À cet égard, ils signalent des données qui suggèrent que jusqu’à 25% des patients utilisent les urgences comme source habituelle de soins médicaux en raison d’obstacles de coûts qui empêchent les patients à faible revenu de recevoir un traitement.

Recevez les dernières informations politiques spécifiques à l’État pour le secteur des soins de santé dans votre boîte de réception.

Selon les chercheurs, la réduction de ces visites récurrentes aux urgences grâce à des renvois vers des agences de services sociaux pourrait réduire les coûts des salles d’urgence et accroître l’efficacité.

Les personnes qui demandent des soins dans les salles d’urgence sont confrontées à de nombreuses circonstances dans leur vie personnelle qui sont des obstacles à la santé après avoir reçu des soins », explique Andrea Wallace, auteur principal de l’étude et présidente de la Division des systèmes de santé et des soins communautaires du College of Nursing. à University of Utah Health. «La vérité est que nous pouvons faire tout ce que nous pouvons pour les patients dans le contexte des soins aux urgences, mais cela n’importe pas s’ils ne peuvent pas s’engager correctement dans leurs soins après leur départ.»

Pour analyser les résultats potentiels associés à la réduction des visites récurrentes aux urgences visites récurrentes aux urgences grâce aux références et au dépistage, les chercheurs ont testé un nouvel outil qu’ils ont développé qui évalue les besoins sociaux des patients des urgences et les réfère ensuite à jusqu’à 46 ressources communautaires disponibles via Centraide 211 (UW211), une hotline de référence pour les services d’urgence à but non lucratif.

L’évaluation des besoins sociaux a été réalisée au moyen d’un questionnaire en 10 points divisé en neuf catégories: logement et services publics; assistance alimentaire; les besoins de transport; assurance médicale, dentaire et visuelle; emploi; Éducation et formation; et garde d’enfants et soins aux personnes âgées.

61 pour cent des 210 patients interrogés avaient un ou plusieurs besoins sociaux non satisfaits, comme un accès insuffisant à la nourriture, aux vêtements ou aux soins médicaux. Plus de 50% des répondants ont demandé à être référés à des agences de services sociaux.

Les chercheurs ont également constaté que les patients qui en avaient fait la demande avaient reçu en moyenne quatre références de l’UW 211. Le type de référence le plus courant était lié aux soins de santé, comme les cliniques communautaires et les remises de médicaments sur ordonnance.

Les chercheurs ont pris soin de noter que l’étude a plusieurs limites, notamment: «elle a été menée dans un seul hôpital d’urgence, la plupart des participants étaient blancs, et le personnel d’inscription a parfois sauté le dépistage des patients parce qu’ils avaient une assurance, étaient bien soignés ou semblaient être financièrement sûr. « 

Le but de cette petite étude était de voir si nous pouvions effectuer un dépistage initial des besoins sociaux dans les urgences avec les ressources existantes, puis faire effectuer un suivi par des agences communautaires », explique Wallace. «Nous prévoyons de mener des études plus vastes et plus diversifiées pour déterminer si et comment ce concept peut être intégré dans d’autres contextes hospitaliers, et s’il profite aux patients.»



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *